Pierre Augustin Boissier de Sauvages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boissier.
Pierre Augustin Boissier de Sauvages
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
AlèsVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Pierre-Augustin Boissier de Sauvages de La croix, né le à Alès où il est mort le , est un naturaliste et lexicographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de François Boissier, seigneur de Sauvages, et de Gilette Blachier, Boissier est l’avant-dernier d’une nombreuse fratrie, dont le célèbre médecin, François Boissier de Sauvages.

Le religieux[modifier | modifier le code]

Destiné à l’état ecclésiastique, Boissier se rend à Paris pour étudier la théologie en Sorbonne. Chanoine à la collégiale de Sumène en 1730, ce qui ne l’engageait nullement du point de vue ecclésiastique, il reçut la tonsure mais en demeura là. Il retourna à Alès en 1745 pour se consacrer à des études de sciences naturelles et de lexicographie. Il ne fut ordonné prêtre qu’en 1771, à l’âge de 61 ans, sur les instances de son évêque. En 1792, il signa, probablement sous l’influence de son neveu révolutionnaire Nicolas, le serment de la constitution civile du clergé.

Le naturaliste[modifier | modifier le code]

Planche Teinture des Gobelins, vol. 9, p. 12

Boissier étudia après que Pierre Baux (1708-1790) l’y eut initié, les sciences naturelles. Admis, sur l’intervention de son frère, au sein de la Société royale des sciences de Montpellier, en 1751, il fut l’auteur de nombreux mémoires sur des sujets variés : fabrication du vitriol à Saint-Julien-les-Rosiers, sciences naturelles, etc. Plus tard, il fut admis à l’Institut de Bologne et à l’Académie des géorgophiles de Florence.

Il a apporté l'article Toiles peintes à l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers[1]. Il effectue deux voyages en Italie pour étudier la sériciculture. Afin d’aider les éleveurs de vers à soie à évoluer vers des exploitations plus rationnelles, il réalise des expérimentations et procède à de minutieuses observations. Ayant multiplié les visites auprès des éleveurs et les expériences personnelles, il expose les diverses maladies et les meilleurs procédés d’amélioration des élevages dans deux ouvrages : mémoire sur les muscardins et mémoire sur l’éducation des vers à soie. Ces deux mémoires sont refondus dans un livre intitulé L’Art d’élever les vers à soie. Ces ouvrages, fruit de dix ans de travaux, contribuèrent au progrès de la sériciculture en Languedoc et Provence au XVIIIe siècle.

Selon la Biographie universelle ancienne et moderne[2], c'est lui qui découvrit que le miellat est une déjection des pucerons.

Le lexicographe[modifier | modifier le code]

Aimant à se servir de l’idiome languedocien, l’abbé de Sauvages se piquait même d’une sorte de purisme en ce genre. Afin de préserver le languedocien de l’invasion des gallicismes et de tout mélange, il composa son Dictionnaire languedocien (1re édition Nîmes, Michel Gaude, 1756, in-8° ; 2 édition augmentée et suivie d'un Recueil de proverbes et dictons, 1785, Nîmes, Gaude, père, fils et Cie, 2 vol. in-8° et Alès, réédition 1820, 2 vol. in-8°) qui fut l’œuvre de sa vie. Il commença à y travailler dès 1745. Une première édition parut en 1756 en un volume, une deuxième en 1785 en deux volumes et enfin une posthume en 1820 dirigée et enrichie d’un grand nombre d’articles par le petit-neveu de l’auteur, le baron d'Hombres-Firmas.

Pierre Larousse en parlait ainsi : « L’ouvrage est suivi d’un recueil de proverbes, de maximes et de dictons et il est enrichi, et c’est ce qui en fait le mérite, de notes critiques, historiques, grammaticales et d’observations d’histoire naturelle. Cet ouvrage témoigne de longues et laborieuses recherches, l’abbé de Sauvages n’a réellement rien négligé pour étudier à fond le patois de son pays ; il poussait la précaution jusqu’à toujours choisir ses servantes dans les villages des Cévennes où la tradition des vieux langages s’était le mieux conservé ; aussi aurait-on pu appliquer à l’auteur ce vers connu : Molière avec succès consultait sa servante. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir ici. Il est classé à Sauvages dans la liste des auteurs.
  2. Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, tome 38, p. 87, note 1, consultable sur Gallica.

Publications[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]