Pierre Antoine Antonelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Antoine Antonelle
Image dans Infobox.
Fonctions
Député des Bouches-du-Rhône
Assemblée nationale législative de 1791
-
Maire d’Arles
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ArlesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Membre de
Grade militaire
P1060599 Arles rue de la Roquette plaque commemorative Antonelle rwk.jpg
plaque commémorative

Pierre-Antoine Antonelle, né le à Arles où il est mort le , est un officier et homme politique français. Aristocrate, il défendit les idées de la Révolution, d’abord à Arles, puis en Provence et à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Ancienne église Sainte-Croix, paroisse de naissance d'Antonelle.

Pierre-Antoine d'Antonelle de Saint-Léger est issu d’une vieille famille de la noblesse remontant à Henri IV. Pierre-Antoine naît le dans l'hôtel particulier de ses parents, le chevalier Pierre-François d'Antonelle, seigneur de Pinet, et Thérèse-Agathe de Sabatier de l'Armellière ; il est baptisé le lendemain dans l'église paroissiale de Sainte-Croix. Il a un frère aîné, Jacques-Philippe.

Antonelle ne connaîtra pas son père qui meurt prématurément le . Il est donc élevé par sa mère et un proche parent, Joseph-Amédée de Broglie, archevêque d'Angoulême depuis 1753.

À partir de 1762 et jusqu'à 1782, il mène d'abord la vie de garnison du cadet d'une famille noble et aisée, avec le grade de lieutenant puis de capitaine au régiment de Bassigny-infanterie. Puis à Paris et surtout à son retour dans sa ville natale, de 1782 à 1789, il découvre la philosophie des Lumières des auteurs publiés entre 1740 et 1760.

La période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

À Arles et en Provence[modifier | modifier le code]

Le Comtat Venaissin et sa capitale Carpentras.

Dès les premiers mois de la Révolution, Antonelle fait une entrée déterminée sur la scène mouvementée locale et devient alors le plus important protagoniste de la Révolution française à Arles[non neutre].

D’origine aristocratique, il n’en est pas moins le chef des Monnaidiers, partisans de la Révolution[N 1], et premier maire élu de la ville[1]. Lors de son mandat, entre et [N 2], il s'oppose dans la cité à l'archevêque Monseigneur du Lau et à ses partisans, les Chiffonistes[N 3]. Le , assisté de Ripert, ancien procureur royal devenu officier municipal, il exécute le décret du en expulsant de Saint-Trophime les chanoines récalcitrants.

Il est chargé par le pouvoir exécutif de se rendre à Avignon pour faciliter la réunion du Comtat à la France et à Marseille afin d’y calmer l’effervescence des partis. Mais souvent absent d’Arles afin de s’occuper des affaires avignonnaises et comtadines, Antonelle voit le pouvoir municipal lui échapper à partir du . Réfugié à Aix-en-Provence, alors que la lutte dans Arles a tourné à l’avantage des Chiffonistes[2], il s'active ensuite sur le plan national.

Auteur d'un Catéchisme du tiers état en 1789 et d'un grand nombre d'écrits et de pamphlets de circonstance, il est élu le député des Bouches-du-Rhône avec 370 voix sur 598 -votants à l’Assemblée législative[3], dont il devient secrétaire la même année ; il s’illustre par son radicalisme et son anticléricalisme. Le , il est envoyé en mission à l'armée du Nord, commandée par La Fayette, avec l'ordre de l'arrêter, mais il est lui-même retenu à Mézières par les administrateurs du département des Ardennes jusqu'à la fuite du général.

À Paris[modifier | modifier le code]

La salle des perdus du Palais de Justice et l’entrée du Tribunal révolutionnaire en 1793.
Orangerie du parc de Saint-Cloud, coup d'État des 18-19 brumaire an VIII. Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint-Cloud. par François Bouchot (1840) Château de Versailles.

À Paris, un nouveau cycle l'entraîne. Il devient président du club des Jacobins, puis, le temps de refuser la mairie de Paris[réf. nécessaire], les événements le portent à accepter les fonctions de juré au tribunal révolutionnaire. Il siège lors du procès de Marie-Antoinette et de celui des Girondins dont il est le directeur du jury[4]. Mais, montrant quelque hésitation lors de ce second procès[5], il devient suspect aux yeux du gouvernement révolutionnaire, et il est interné à la prison du Luxembourg en . Remis en liberté après la chute de Robespierre le , il prend part, lors de l'insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV, à la défense de la Convention, sous les ordres de Napoléon Bonaparte.

De 1795 à 1799, il quitte apparemment[évasif] le devant de la scène pour devenir l'un des théoriciens de la République, réfléchissant aux libertés fondamentales. Il publie des Observations sur le Droit de Cité et devient, en , rédacteur du Bulletin politique, organe officieux du Directoire, où il montre trop d'indépendance et se fait renvoyer au bout de dix jours. Par la suite, il collabore au Journal des Hommes Libres[6].

Ayant rejoint la conjuration des Égaux, il est nommé le 10 germinal an IV () par Gracchus Babeuf, avec lequel il n'est pourtant pas intimement lié, comme l'un des six premiers membres du Directoire secret des Égaux. Lors du procès des Babouvistes devant la haute cour de Vendôme, il est acquitté, peut-être[évasif] grâce à la protection de Barras. L'année suivante, il fonde avec ce dernier le journal Le Démocrate constitutionnel et applaudit le coup d'État du 18 fructidor an V, même si Merlin de Thionville tente, en vain, de joindre son nom à la liste des proscrits. Il est élu député des Bouches-du-Rhône le 21 germinal an VI (), mais l'assemblée électorale annule cette élection le lendemain. Hostile au gouvernement, il publie plusieurs libelles au cours de l'été et de l'automne, avant de participer à la fondation du club du Manège en prairial an VII. À la même époque, il est élu député par les collèges électoraux de la Seine et des Bouches-du-Rhône au conseil des Cinq-Cents, mais son élection n'a pas encore été examinée lorsque survient le coup d'État du 18 brumaire. Validée le 16 messidor an VII () sur un rapport de Perrin de la Gironde, elle est annulée le 27 fructidor ().

À la suite de ce coup d'État, il est exilé le [7] en Charente-Inférieure.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Maintes fois inquiété sous la Révolution, il est placé sous surveillance policière sous le Consulat et l’Empire. Dénoncé régulièrement par les rapports du ministère de la Police comme « le principal agent de la faction anarchique dans le Midi », il retourne à Arles, où il mène une existence de plus en plus retirée.

En 1814, il se rallie à la Restauration par haine de l'Empereur et publie le Réveil d’un vieillard, brochure dans laquelle il se prononce en faveur d’une monarchie constitutionnelle.

Sur la fin de sa vie, ayant hérité de la famille de Vinsargues, Antonelle vit à l'abri du besoin. Il se consacre à la gestion de son patrimoine (il est alors la cinquième fortune d’Arles), tout en devenant « es moussu d'Antonello, lou capeù a la man »[Quoi ?], libéral avec ses fermiers et aimé du peuple de la ville d'Arles.

À sa mort en 1817, des funérailles civiles[8], suivies par une foule immense, lui rendent un dernier hommage[réf. nécessaire].

Postérité[modifier | modifier le code]

Son héritage provoque un procès entre les familles Perrin de Jonquières et Guilhem de Clermont-Lodève[Quoi ?]. Délaissé par les républicains et renié par les royalistes, Pierre-Antoine d'Antonelle a été longtemps oublié par l'Histoire. Les historiens contemporains le comparent volontiers à Mirabeau, Barras ou Sade, et utilisent le terme de « déclassé » pour définir son itinéraire[réf. nécessaire].

Dans la ville d'Arles, au no 30 de la rue de la Roquette, sur l'hôtel qui lui appartint, une plaque rappelle son souvenir.

Le 30 rue de la Roquette
À gauche l'hôtel d'Antonelle et à droite la plaque qui rappelle son souvenir.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nom donné aux habitants du quartier de la Monnaie, ancien nom du quartier de la Roquette.
  2. Il démissionne de son mandat le .
  3. Chiffoniste est le nom dérivé de la maison du chanoine Giffon dans laquelle se réunissent les partisans du roi qui tiennent à l'est de la ville les quartiers de l'Hauture et de la Cavalerie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il est élu le .
  2. Ils conquièrent la municipalité d'Arles en .
  3. « Pierre Antoine Antonelle », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  4. « Grand convoi funèbre de leurs majestés les jacobins en leur vivant, nos seigneurs et maîtres décédés en leurs palais de la rue St Honoré : [estampe] / [J.B. Massard] », sur Gallica, (consulté le 27 janvier 2019)
  5. Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Étienne de Jouy, Jacques Marquet de Norvins, Norvins - Biographie nouvelle des contemporains, ou Dictionnaire historique et raisonné… - Librairie historique, 1820 – page 213 ici :
    « Il fut aussi directeur du jury dans le procès des girondins, et sembla se rapprocher davantage des principes d'humanité qu'il affectait de professer, quand, interpellé par Fouquier-Tinville, l'accusateur public de cette époque, de faire connaître son opinion sur la culpabilité des accusés, il déclara que sa conscience n'était pas suffisamment éclairée. »
  6. Il y lance notamment en 1799 une campagne contre Talleyrand.
  7. En effet, après le coup d'État du 18 brumaire et l'instauration du Consulat, un arrêté en deux articles ordonne l'emprisonnement de 37 républicains à Rochefort (article 1), et l'exil de 22 autres, dont Antonelle, dans diverses localités de Charente-Inférieure (article 2), le 25 brumaire.
  8. L'Église n'avait pas autorisé des funérailles religieuses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Museon Arlaten, archives municipales et médiathèque d’Arles, La Révolution arlésienne, catalogue de l’exposition de l’Espace Van Gogh, Ville d’Arles, 1989, 123 pages.
  • Pierre Guiral, Étienne Avenard, « Essai d'explication du marquis d'Antonelle », dans Provence historique, 1955, tome 5, fascicule 21, p. 263-288 (lire en ligne)
  • Léon-Gabriel Pélissier, La jeunesse du marquis d’Antonelle : correspondances, E. Paul, 1900.
  • Pierre Serna, Antonelle, aristocrate révolutionnaire, 1747-1817, Éditions du Félin, Paris, 1997, 499 pages (ISBN 2866452763)
Documents et études
  • Véronique Cayroche, Les Antonelle, exemple d’une famille de la moyenne noblesse arlésienne sous l’Ancien Régime (mémoire sous la dir. de Monique Cubelles et de Bernard Cousin), Aix-en-Provence, 1985.
  • Pierre Serna, Antonelle, bonnet rouge et talons rouges (1747-1817) : de l’aristocrate des Lumières au penseur de la démocratie représentative ou le double statut en Révolution (thèse), 1994.
  • Pierre Véran, Recherches pour servir à l’histoire de la ville d’Arles, Arles M760.
  • Pierre Véran, Biographie de Pierre-Antoine Antonelle, Arles, M520.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]