Pierre Alféri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Alféri
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Pierre Alferi, dit Thomas Lago, né Pierre Derrida en 1963 à Paris, est un romancier, traducteur, poète et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Alferi est le fils aîné du philosophe Jacques Derrida et de la psychanalyste Marguerite Aucouturier. Après une thèse sur Guillaume d'Ockham, Pierre Alferi s'est éloigné de la philosophie pour se consacrer surtout à la poésie. Il a été pensionnaire de la Villa Médicis de 1987 à 1988. Il fonde en 1989 avec Suzanne Doppelt la revue Détail qui aura cinq opus et en 1993 avec Olivier Cadiot la Revue de littérature générale qui en aura deux. Il a également écrit plusieurs des chansons, dont Jeanne Balibar, sa compagne d'alors[réf. souhaitée] pour l'album Paramour (2003).

Prises de position[modifier | modifier le code]

Pour les cinq de Villiers-le-Bel[modifier | modifier le code]

Il est signataire, en juin 2010, d'une pétition très controversée parue dans le journal Libération, appelant au renversement de la police qualifiée d'« armée d'occupation », intitulée Pour les cinq de Villiers-le-bel[1]. Pour Philippe Bilger, cette tribune « ne relève même plus de l'extrême-gauche ni d'un gauchisme sulfureux », mais ne vise « à rien moins qu'à légitimer les tentatives de meurtre »[2].

Le 24 novembre, plusieurs intellectuels français publient dans Libération une tribune appelant à manifester le 29 novembre à Paris malgré l'interdiction. Ils notent que « C’est une victoire pour Daesh que d’avoir provoqué la mise sous tutelle sécuritaire de la population tout entière », dénoncent la « mise sous tutelle sécuritaire de la population tout entière [...] S’il existe quelque chose comme une valeur française, c’est d’avoir refusé depuis au moins deux siècles de laisser la rue à l’armée ou à la police [...] nous n’acceptons pas que le gouvernement manipule la peur pour nous interdire de manifester ». Pierre Alféri est l'un des signataires[3].

En mars 2016, dans le cadre des manifestations contre la « loi Travail », il est co-signataire d'une tribune diffusée par des médias alternatifs et relayée sur les réseaux sociaux qui soutient le mouvement d'occupations des places (qui prendra la forme de Nuit debout) et ses actions de rue[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Les Allures naturelles POL, Paris, 1991 (ISBN 2-86744-218-4)
  • Le Chemin familier du poisson combatif, POL, Paris, 1992 (ISBN 2-86744-308-3)
  • Kub Or, POL, Paris, 1994 (ISBN 2-86744-411-X)
  • Sentimentale journée, POL, Paris, 1997 (ISBN 2-86744-557-4)
  • Personal Pong (avec Jacques Julien), Villa Saint-Clair, Sète, 1997
  • Handicap (avec Jacques Julien), Rroz, 2000
  • petit, petit, Rup et rud, 2001
  • La Voie des airs, POL, Paris, 2004 (ISBN 2-86744-993-6)
  • Writing the Real: A Bilingual Anthology of Contemporary French Poetry

Romans[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Arts[modifier | modifier le code]

  • ça Commence à Séoul - dvd vidéo.

Pierre Alferi - Jacques Julien, Le Label Dernière Bande et les Éditions P.O.L. 2007

  • Cinépoèmes et films parlants - DVD.

Pierre Alferi - Rodolphe Burger, Les Laboratoires d’Aubervilliers, 2004.

  • L'inconnu, Pierre Alferi - Jacques Julien, le Quartier - Centre d'art contemporain de Quimper. 2004

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pour les cinq de Villiers-le-Bel, liberation.fr
  2. Quand Libé fait l'apologie de la violence à Villiers-le-Bel, Philippe Bilger, 25 juin 2010
  3. Collectif, « Bravons l'état d'urgence, manifestons le 29 novembre », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. « Pourquoi nous appuyons la jeunesse », lundi.am, no 53,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]