Pierre Abadie (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Abadie.
Pierre Abadie-Landel
Naissance
Décès
(à 76 ans)
Paris
Nom de naissance
Pierre Abadie
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement

Pierre Abadie, dit Pierre Abadie-Landel, né le à Paris où il est mort le est un peintre, graveur sur bois et céramiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le dans le 6e arrondissement de Paris, Pierre Abadie-Landel est issu d'une famille d'origine bretonne[1].

Il étudie à l'École des beaux-arts de Paris et réalise sa première exposition personnelle à la galerie André à Paris[1].

Avec sa série d'illustrations L'alphabet de l'armée et ses dessins pour la revue Le Nouvel Essor (1916), Pierre Abadie-Landel compte parmi les illustrateurs importants de la Première Guerre mondiale[2]. À partir de 1920, il commence à exposer, en tant que peintre, au Salon des indépendants à Paris[1].

En parallèle à ses activités, il est engagé comme dessinateur à l'agence d'architecture OMA[1]. Son activité de décorateur l'amène à travailler avec des maisons d'édition parisiennes[1].

Membre du groupe Seiz Breur (« Sept frères »)[3] dès 1923, il s'associe à leur action pour l'Exposition des Arts décoratifs de 1925. Il réalise une série d'assiettes en céramique en collaboration avec la manufacture HB de Quimper. Il expose aussi des jouets au pavillon breton, dans la salle du Trégor. Après l'exposition de 1925 et la mort de son amie Jeanne Malivel, il s'éloigne peu à peu du groupe, mais il figure sur le catalogue de l'exposition de Saint-Nazaire comme membre à part entière durant l'été 1927[1].

De nombreuses expositions rythment sa carrière de peintre. Ses thèmes de prédilection vont de la Bretagne maritime — en particulier Douarnenez, qu'il fréquente quarante années durant — au nu, ou encore au monde du cirque[1].

Mort à Paris dans le 14e arrondissement[4] le , Pierre Abadie-Landel est inhumé au cimetière de Bagneux (95e division)[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'alphabet de l'armée - R.A.T., Le Nouvel Essor, 1916[6].

Expositions[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.R. Rotté, Ar Seiz breur, Éditions Breizh hor Bro, 1987.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, tome 1, Gründ, 1999.
  • Daniel Le Couédic et Jean-Yves Veillard (dir.), Ar Seiz Breur 1923-1947 : la création bretonne entre tradition et modernité, Rennes, éd. Terre de Brume, Musée de Bretagne et cinq autres musées, , 271 p. (ISBN 2-84362-103-8).
  • Denise Delouche, « Pierre Abadie-Landel, l'un des premiers Seiz Breur », Ar Men, n°119, Telgruc-sur-Mer, 2001, pp.46-53.
  • Philippe Théallet et Bernard-Jules Verlingue, « Les artistes », in Encyclopédie des céramiques de Quimper, vol.4, Le Mans, Éditions de la Reinette, 2006.
  • (en) Martin Wolpert, Figurative paintings: Paris and the modern spirit, Éditions Schiffer, 2006.
  • Bernard-Jules Verlingue, Odetta, les grès d'art de Quimper, Éditions Palantines, 2007 (en ligne).
  • (en) Neil Harris et Teri J. Edelstein, “En guerre” - French illustrators and World War I, Éditions University of Chicago Library, 2014 (en ligne).
  • (en) Sacha Llewellyn et Paul Liss, The Great War as recorded through the fine and popular arts, Éditions Liss Fine Arts, 2014.