Pierre-Yves Le Borgn'

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre-Yves Le Borgn)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierre-Yves Le Borgn’
Illustration.
Fonctions
Député de la 7e circonscription des Français établis hors de France

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe législature
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Frédéric Petit (MODEM)
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Quimper
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique Parti socialiste
Conjoint Dolores Dominguez Perez
Diplômé de Université de Nantes
IEP de Paris
Collège d’Europe
Profession Juriste international
Résidence Cologne (Allemagne)

Pierre-Yves Le Borgn’, né le à Quimper (Finistère) est un juriste international et homme politique français. Il a été député de la septième circonscription des Français de l'étranger de juin 2012 à juin 2017[1]. Il exerce aujourd'hui comme conseil en affaires européennes et affaires publiques et préside la confédération Europeans Throughout the World depuis 2019[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, études et famille[modifier | modifier le code]

Pierre-Yves Le Borgn’ est né de parents instituteurs d'Ergué-Gabéric[3] et de grands-parents cheminots et boulangers. Après un baccalauréat littéraire à Quimper, il a obtenu une licence en droit à l'Université de Nantes, puis le diplôme de l’Institut d'études politiques de Paris et un LLM en droit de l'Union européenne au Collège d’Europe à Bruges. Durant ses études, il a également été récompensé par une première mention honorable au Concours généraux de science politique de premier cycle, puis de second cycle universitaire[4].

Il est marié à Dolores Dominguez Perez, fonctionnaire à la Commission européenne. Le couple a trois jeunes enfants. Pierre-Yves Le Borgn' parle cinq langues (français, espagnol, anglais, allemand, portugais). Il vit à Bruxelles avec sa famille.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Étudiant, Pierre-Yves Le Borgn' a travaillé plusieurs étés comme journaliste au Télégramme de Brest. Il attache une grande importance à cette première expérience professionnelle et reste très attaché à la presse quotidienne régionale.

Sa vie professionnelle l'a mené aux États-Unis, au Luxembourg, en Belgique, en Allemagne et en Asie. C'est à Los Angeles qu'il a débuté en 1990, travaillant durant deux années pour le compte des filiales américaines de Go Sport. De retour en Europe, Pierre-Yves Le Borgn’ a effectué un stage au sein du service de la recherche de la Cour de justice de l'Union européenne[5]. Il a ensuite rejoint Bruxelles, travaillant dans les fonctions juridiques et corporate affairs de plusieurs entreprises multinationales. Au moment de son élection à l'Assemblée nationale, il était Vice-président, Corporate Affairs, Europe du groupe américain First Solar et président de l'une des sociétés de développement de projets de First Solar en France[6],[7]. Quittant l’Assemblée nationale en 2017, il a créé son entreprise, Kerhall Consulting, spécialisée dans le conseil en affaires européennes et affaires publiques. Il enseigne également à l’Ecole de droit de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, animant un atelier juridique sur la crise climatique et les droits fondamentaux.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Son engagement à gauche s’est construit à l’adolescence. Pierre-Yves Le Borgn’ décrit l’élection de François Mitterrand le 10 mai 1981 comme un moment fondateur pour lui. Il cite Pierre Mendès France, Michel Rocard et Stéphane Hessel comme les hommes qui l’ont inspiré. En 1988, il adhère au PS dans la foulée de la réélection de François Mitterrand. Adhérent de la Fédération socialiste du Finistère, il rejoint la Fédération des Français à l’Etranger (FFE) à son départ pour Los Angeles en 1990. Il entre au Bureau fédéral de la FFE en 1994, puis en deviendra le Premier secrétaire en 2003, mandat qu’il conservera jusqu'à la fin 2012.

Pierre-Yves Le Borgn’ a été candidat aux élections européennes en 1994 sur la liste PS menée par Michel Rocard (en 72e place) [5]. En 2000, il est élu délégué au Conseil supérieur des Français de l’étranger (aujourd’hui Assemblée des Français de l'étranger) pour la circonscription de Belgique[4]. Réélu en 2006, il démissionne de son mandat en 2010, ses engagements professionnels le conduisant hors de sa circonscription, en Allemagne et en France.

Député de la septième circonscription des Français de l'étranger[modifier | modifier le code]

Pierre-Yves Le Borgn’ est élu député des Français de l’étranger avec 56,9 % des voix le 17 juin 2012. Candidat du Parti socialiste, il était également soutenu dès le premier tour par Europe Écologie Les Verts. Sa circonscription comprenait l’Allemagne et 15 autres pays d’Europe centrale et des Balkans. Sitôt élu, il installe sa permanence parlementaire à Cologne.

Dans son programme électoral, il s’était fixé comme objectifs, entre autres, une action consulaire de proximité, le développement d'une action sociale améliorant l'accès aux soins à l'étranger et l’encouragement du bilinguisme[5].

À l’Assemblée nationale, il s’est spécialisé sur les questions internationales touchant à l’énergie, au réchauffement climatique, à la fiscalité, au droit de la famille et aux droits de l’homme. Il a siégé durant un an à la Commission des Lois, avant de rejoindre la Commission des Affaires étrangères à compter de 2013. Il présidait le groupe d’amitié France-Allemagne et était membre de tous les groupes d’amitié avec les pays de sa circonscription ainsi qu’avec le Portugal, l’Islande et les États-Unis. Il présidait le groupe d’étude sur la coordination des droits européens. Il était également membre des groupes d’études « Arctique, Antarctique et Terres australes et antarctiques françaises »[8].

Battu au deuxième tour en 2017, il a cédé son siège à Frédéric Petit le 21 juin 2017. Candidat du Parti socialiste, il avait reçu initialement le soutien de La République en Marche, avant que le MoDem obtienne finalement l’investiture du parti présidentiel pour son candidat dans le cadre de l’accord national entre les deux formations.

Pierre-Yves Le Borgn’ s’est retiré de la vie politique active à l’issue des élections législatives de juin 2017[9]. Il a quitté peu après le Parti socialiste[10].

Activité parlementaire[modifier | modifier le code]

Pierre-Yves Le Borgn’ est l’auteur de treize rapports parlementaires portant sur le régime matrimonial franco-allemand, la ratification de l’amendement au Protocole de Kyoto, le régime des privilèges et immunités de la COP 21, la politique de voisinage de l’Union européenne, la ratification de la Convention du Conseil de l’Europe sur le financement du terrorisme et la ratification de l’avenant à la Convention fiscale franco-allemande. Il a également préparé deux rapports pour avis sur le budget du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie [8].

Membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE)[modifier | modifier le code]

Pierre-Yves Le Borgn’ a siégé comme membre suppléant, puis titulaire à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Il y a été le rapporteur général sur l’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme et l’un des membres de la commission sur l'élection des juges à la Cour européenne des droits de l'homme. Il a présidé la sous-commission de la culture, de la diversité et du patrimoine de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe en 2016 et 2017

Candidat au mandat de Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe[modifier | modifier le code]

En octobre 2017, le gouvernement français a présenté la candidature de Pierre-Yves Le Borgn’ au mandat de Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe. Pierre-Yves Le Borgn’ est arrivé premier dans les votes du Comité des Ministres et de la commission des droits de l’homme de l’APCE en novembre et décembre 2017. Au premier tour de scrutin devant l’APCE le 24 janvier 2018, il manque l’élection au premier tour de 20 voix. Il s’incline le 25 janvier 2018 de 4 voix sur 230 suffrages exprimés face à la candidate bosnienne Dunja Mijatovic, que le candidat slovène Goran Klemencic, arrivé troisième au premier tour, avait appelé à soutenir.   

Synthèse des mandats et appartenances[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions anciennes à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Commission des Affaires étrangères
  • Président du groupe d’étude sur la coordination des droits européens
  • Membre du groupe d’étude « Arctique, Antarctique et Terres australes et antarctiques françaises »
  • Président du groupe d’amitié France-Allemagne
  • Vice-président du groupe d’amitié France-Albanie

Appartenances[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]