Pierre-Olivier Sur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Olivier Sur
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Pierre-Olivier Sur, né le à Paris, est un avocat pénaliste français. Il est bâtonnier du barreau de Paris de 2014 à 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Pierre-Olivier Sur est le fils de Bernard Sur, un avocat connu pour avoir défendu « les plus grands architectes de la reconstruction »[1].

Après ses études secondaires au lycée Montaigne à Paris, Pierre-Olivier Sur poursuit des études supérieures et décroche une licence ès lettres à l'université de Paris IV Sorbonne, avant d'obtenir sa maîtrise de droit privé général à l'université de Paris II Assas. Il est diplômé de Sciences Po Paris, section service public, en 1986.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Admis au barreau de Paris en 1985, Pierre-Olivier Sur est spécialisé en droit pénal, droit pénal des affaires et droit de la responsabilité. Il commence sa carrière au sein du cabinet du pénaliste Olivier Schnerb, assurant les comparutions immédiates et les commissions d'office devant la cour d'assises. Il devient secrétaire de la conférence du stage en 1990. Il est membre du conseil de l'Ordre de 1999 à 2000 et du comité d'éthique du barreau de Paris de 2001 à 2009.

Le , il rejoint le cabinet d'avocats Fischer Tandeau de Marsac Sur & Associés pour y créer un pôle pénal.

En 2010, il est candidat à l'élection du bâtonnier du barreau de Paris, avec Catherine Paley-Vincent, candidate comme vice-bâtonnière, mais il est battu par Christiane Féral-Schuhl[2],[1]. Deux ans plus tard, il prend sa revanche en étant élu le 13 décembre 2012 à cette fonction qu'il occupe du au .

Pendant son bâtonnat, il défend le secret professionnel et s'oppose à une perquisition à l'Ordre des avocats tandis qu'il dénonce les écoutes téléphoniques à "filets dérivants"; il est alors reçu par le Président de la République... Le sujet de l'accès au droit (aide juridictionnelle - AJ) donne lieu à une opposition avec la Chancellerie menée en particulier par le barreau de Paris. Et après une mobilisation nationale des avocats, Christiane Taubira renonce à son projet de financement partiel de l'AJ par la profession d'avocat (CARPA et taxe)[réf. nécessaire].

En particulier , il porte plainte contre X, pour « recel de violation du secret de l’enquête et de l’instruction » à la suite de la parution d'un article du journal Le Monde sur la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour corruption[3].

En Octobre 2016, il rejoint en tant que "membre associé étranger" la Temple Garden Chambers de Londres (barrister).

Principales affaires plaidées[modifier | modifier le code]

Il plaide dans les grands procès politico-financiers de ces dernières années. Il fut notamment désigné dans les dossiers suivants :

Il a également représenté des clients en Afrique dont le président Blaise Compaoré du Burkina Faso et Karim Wade (fils de l'ancien Président du Sénégal), ainsi que le Président IBK (Mali).

Dans l'affaire Bernard Tapie, il conseille et défend le Consortium de réalisation (CDR), entité chargée de gérer l'héritage du Crédit lyonnais.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il enseigne le droit pénal à l'IEP Paris et à l'École de formation du barreau.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Il est invité permanente de l'Union des jeunes avocats (UJA).

En novembre 2009, il fonde avec Francis Teitgen et Fabrice Orlandi l'association « Je ne parlerai qu'en présence de mon avocat »[12] et mène campagne pour l'abolition de la garde à vue sans avocat.

Il est également le parrain de la promotion 2014 du mastère spécialisé droit et management international de HEC Paris[13].

Depuis 2002, il est administrateur du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et autres infractions[14].

Il est membre du conseil d’administration de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice[15].

Médias[modifier | modifier le code]

Alors secrétaire de la conférence du stage, il est filmé dans le documentaire Délits flagrants de Raymond Depardon en 1994, primé aux Césars. Pierre-Olivier Sur est filmé au cours de son entretien avec une prévenue arrêtée en flagrant délit de vol de voiture, Muriel Leferle. Cette séquence sera d'ailleurs réutilisée par le cinéaste dans le film Muriel Leferle (1996)[16],[17].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Auteur de nombreux articles, Pierre-Olivier a aussi écrit plusieurs ouvrages juridiques :

  • 1997 : Cours de Droit pénal général, avec Benoît Chabert, éditions Dalloz, 2e édition ;
  • 2004 : Nul n'est censé ignorer la loi, Éditions J.-C. Lattès[18] ;
  • juin 2010 : Dans les yeux du bourreau, Éditions J.-C. Lattès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre-Olivier Sur, le très théâtral bâtonnier des 26.000 avocats de Paris, challenges.fr, 22 décembre 2013
  2. « Christiane Féral-Schuhl élue bâtonnier de Paris », Le Figaro, 2 décembre 2010
  3. « Portrait incertain du bâtonnier Sur », sur lemonde.fr, (consulté le 18 juillet 2014)
  4. Mathieu Delahousse, « La fin des ennuis judiciaires d'André Guelfi », Lefigaro.fr, 18 décembre 2007
  5. « Comprendre le naufrage de l'Erika en 8 chiffres », sur Le Nouvel Observateur,
  6. 'Un jour, une heure' : l’affaire Chantal Chanel et Laurence Tramois sur www.ftms-a.com
  7. Regarde le monde en danger sur www.europe1.fr
  8. Premier procès international d’un responsable Khmer rouge sur www.france-info.com
  9. http://www.liberation.fr/economie/01012315060-espionnage-des-doutes-sur-la-these-de-renault
  10. « Comment la prod de Koh-Lanta tente de contourner le secret des sources », sur arretsurimages.net, (consulté le 18 juillet 2014) : « ALP, via son avocat Me Olivier Sur, a avancé un autre argument, (...) : le mail anonyme ne serait qu'une source d'information, et pas une source journalistique protégée par la loi 2010. »
  11. cf. arrêt CA PARIS, 27 juin 2014.
  12. Site de l'association
  13. Mastère spécialisé droit et management international sur le site d'HEC
  14. Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et autres infractions
  15. [1]
  16. Muriel Leferle sur www.arteboutique.com
  17. Muriel Leferle sur www.lesinrocks.com
  18. www.editions-jclattes.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]