Pierre-Olivier Rollin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Olivier Rollin
Pierre-Olivier Rollin - 2.jpg
Pierre-Olivier Rollin le 29 mars 2015
guide lors de la visite des travaux du BPS22
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université libre de Bruxelles (journalisme et histoire de l'art)
Université libre de Bruxelles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Directeur du BPS22
Autres informations
Distinction
Personnalité de l'année 2005 de la Fondation pour l'art contemporain en Belgique[1]

Pierre-Olivier Rollin, né à Charleroi le , directeur du musée d'art de la Province de Hainaut, le BPS22, est un acteur culturel à Charleroi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Passionné de journalisme et de football, il devient correspondant sportif de La Nouvelle Gazette à l'âge de 19 ans[2].

Il suit des cours à l'Université libre de Bruxelles où, en 1995, il obtient les licences en journalisme et en histoire de l'art. Pendant ces études, il effectue des stages, entre autres, à l'Éden, Centre culturel régional à Charleroi et au Palais des beaux-arts de Bruxelles. Pendant ces études, et pour payer celles-ci, il est pendant quelques années éducateur de rue à la Docherie, quartier de Charleroi[3].

Il est journaliste au Matin en 1998 (le journal disparait en 1999), avant de devenir chef du secteur des arts plastiques de la direction générale des Affaires culturelles de la province de Hainaut, et directeur du BPS22 en 2000[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Leroy, « L'invité du samedi - Rollin, le pilote du BPS22 », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  • Vincent Quittelier, « Rollin, personnalité de l'année », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  • Jean-Marie Wynants, « Pierre-Olivier Rollin », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  • Gilles Bechet, « Défendre l’art contemporain, c’est difficile, quelle que soit la population », Le Soir,‎ (lire en ligne)