Pierre-Louis Renaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renaud (homonymie).
Pierre-Louis Renaud
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Société centrale des architectes français (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Distinction
Œuvres réputées

Pierre-Louis Renaud (1819-1897) est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Louis Renaud naît le 3 mai 1819 à Périgueux (Dordogne)[1],[2]. Il étudie à l'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris[1],[2]. Ses maîtres sont Levicomte et Vaudoyer[1],[3]. Il en sort diplômé en 1840[1].

Il devient l'architecte en chef de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO)[1],[2],[4] et un expert judiciaire auprès du tribunal de la Seine[1].

Pierre-Louis Renaud conçoit les bâtiments administratifs de la Compagnie du PO situés rue de Londres, et les gares de la ligne Paris-Orléans, notamment celle de Limoges-Bénédictins en 1857[1]. Cinq ans plus tard, en 1862, il réalise les plans de la « nouvelle gare d'Orléans » — aujourd'hui appelée la gare d'Austerlitz[1],[4].

En 1868, il entre à la Société centrale des architectes français[1]. Il est fait chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur en 1869[1].

Il construit des hôtels particuliers, des tombeaux, ainsi que plusieurs immeubles de rapport, notamment celui au no 93, rue Montmartre (2e arrondissement de Paris) en 1879[1].

Pierre-Louis Renaud décède le 10 mai 1897[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Ruth Fiori, « Renaud Pierre Louis », sur Comité des travaux historiques et scientifiques, (consulté le 29 décembre 2016).
  2. a, b et c Catalogue des tableaux, dessins, statues, gravures et œuvres d'art du musée de la ville de Périgueux, Paris, imprimeries Dupont et Cie, , 72 p. (lire en ligne), p. 31.
  3. Jean-Claude Yon, Les spectacles sous le Second Empire, Armand Colin, , 512 p. (ISBN 9782200270803, lire en ligne), p. 315.
  4. a et b Xavier Bezançon et Daniel Devillebichot, Histoire de la construction moderne et contemporaine en France, vol. 2, éditions Eyrolles, coll. « Histoire de la construction », , 475 p. (ISBN 9782212136197, lire en ligne), p. 39.

Liens externes[modifier | modifier le code]