Pierre-Joseph de Lachèze-Murel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre-Joseph Lachèze de Murel
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre-Joseph de Lachèze-Murel (né à Martel le , mort à Paris le ) est un homme politique français. Il fut député aux États généraux et à la chambre des députés.

Biographie[modifier | modifier le code]

copie de deux pages d'un livre imprimé en 1789 donnant une liste de nom de députés avec la profession
Liste des députés de la sénéchaussée du Quercy à l'Assemblée Nationale de 1789, Pierre de La Chèze est le dernier des douze[1].

Pierre-Joseph de Lachèze (ou La Chèze, ou La Chaize), écuyer, est seigneur de Murel, Mayrac et Falgairoux dans l'actuel département du Lot. Lieutenant-général de la sénéchaussée de Martel, il est désigné parmi les six députés du Tiers état du Quercy aux États généraux de 1789[1]. À ce titre, il est signataire du Serment du Jeu de paume.

En 1792, fort de ses convictions royalistes, il prend part à la défense du Château des Tuileries lors de la Journée du 10 août. Il échappe au massacre des Tuileries, mais il est jeté en prison et n'en sort que le 9 thermidor, à la chute de Robespierre.

Puis il est nommé secrétaire de légation à Naples le 24 pluviôse an VI. Enfin, il est nommé député du Lot sous la Restauration.

Il est anobli par le roi Louis XVIII en 1815 et obtient par l'ordonnance du l'autorisation de joindre à son nom, celui de sa seigneurie de Murel.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille de Lachèze-Murel est originaire du Quercy. Elle fait partie des familles subsistantes de la noblesse française.

Pierre-Joseph de Lachèze-Murel épouse le 16 janvier 1773, Marie-Magdeleine Dumoulin de Paillart , (1746-1800), dont il a 9 enfants, d'où une nombreuse postérité.

Armoiries et devise[modifier | modifier le code]

  • parti: 1 de sable à 5 barres d'or au chef de gueules; 2 d'azur à une bande d'argent chargée de 5 mouchetures de sable et accompagnée de 3 besants d'or .
  • Deo et Regi fides impavida.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Liste, par ordre alphabétique de bailliages et sénéchaussées, de MM. les députés à l'Assemblée nationale 1789, Paris, Baudouin, , 130 p., 20 × 12 cm, p. 64-65.

Source[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]