Pierre-Jean Remy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre-Jean Rémy)
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Jean Remy
Description de l'image Pierre-Jean Rémy.JPG.
Nom de naissance Jean-Pierre, Antoine, Émile Angremy[1]
Alias
Pierre-Jean Remy, Pierre-Jean Rémy, Nicolas Meilcour, Raymond Marlot, Jean-René Pallas, Pierre Lempety
Naissance
Angoulême, France
Décès [2] (73 ans)
Paris[3], France
Activité principale
Distinctions
Commandeur de la Légion d’honneur
Officier de l’ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres
Membre de l’Académie française
Auteur
Langue d’écriture Français

Jean-Pierre Angremy (19372010), connu principalement en littérature sous le nom de plume de Pierre-Jean Remy[1] (ou parfois fautivement Pierre-Jean Rémy[4]), est un diplomate, administrateur et écrivain français, membre de l’Académie française. Il a également publié sous d’autres pseudonymes : Nicolas Meilcour, Raymond Marlot, Jean-René Pallas, Pierre Lempety.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Angremy, qui sera connu plus tard sous le nom de plume de Pierre-Jean Remy, voit le jour le 21 mars 1937, à Angoulême. Il est issu d'une famille dont les origines sont auvergnates du côté paternel et belges du côté maternel.

Il est élève au lycée Condorcet à Paris. Après son baccalauréat, il est élève à l'Institut d'études politiques de Paris. Il étudie également le droit, l'économie, la sociologie à l'université. Il devient assistant d’Herbert Marcuse à l’Université de Brandeis, près de Boston. Il est ensuite élève à l'ENA (1961-1963).

Carrière[modifier | modifier le code]

Diplomate, il est successivement en poste à Hong Kong (1961-1964), à Pékin (1964-1966), à Londres (1966-1971 et 1975-1979), à Florence (1985-1987) et à Paris où il est nommé ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l'UNESCO de 1990 à 1994.

En alternance avec sa carrière diplomatique, il occupe différents postes dans la haute fonction publique : directeur-adjoint de l'ORTF (1971-1975), directeur du théâtre et des spectacles au ministère de la culture (1979-1981) et directeur général des relations culturelles, scientifiques et techniques au ministère des affaires étrangères (1987-1990).

Il est ensuite directeur de l'Académie de France à Rome ou Villa Médicis, de 1994 à 1997, puis président de la Bibliothèque nationale de France de janvier 1997 à mars 2002.

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Auteur de 65 livres, il reçoit le prix Renaudot en 1971 pour Le Sac du palais d'été, le Prix de la Nouvelle de l'Académie française en 1984 pour Orient Express II, le Grand prix du roman de l'Académie française en 1986 pour Une ville immortelle, le prix Max-Jacob en 1998 pour Le Retour d’Hélène.

Il est élu à l'Académie française, le , au fauteuil 40, succédant à Georges Dumézil, mort le . Il prononce le discours de réception sous la Coupole de François Cheng, Assia Djebar et Dominique Fernandez. Son éloge posthume est prononcé sous la Coupole le 12 février 2015 par son successeur au fauteuil 40, Xavier Darcos.

Nombre de ses œuvres romanesques sont inspirées par les lieux dans lesquels il a vécu et traduisent également sa passion pour l'art lyrique, qui s'exprime aussi par sa contribution à de nombreuses revues spécialisées en tant que chroniqueur. Cette passion lui vaut également, en 1981, d'être chargé de l'élaboration du premier projet de création d'un nouvel opéra à Paris. À la tête de la Villa Médicis à Rome, il instaure un festival de récitals intitulé « Le Voci dei Medici ». Comme président de la Bibliothèque nationale de France, qui vient alors d'inaugurer ses nouveaux locaux (site François-Mitterrand), il crée de nouveau une série de récitals consacrés cette fois à la mélodie française, qui durera cinq ans, et sera supprimée par son successeur. Il est à la tête du Centre international de la Mélodie Française/Académie Francis-Poulenc de Tours depuis un an lorsqu’il meurt.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Jean-Pierre Angremy[modifier | modifier le code]

  • 1962 Et Gulliver mourut de sommeil (Julliard)[3], réédité en 1999 sous le pseudonyme de Pierre-Jean Rémy[5]

Sous le pseudonyme de Pierre-Jean Remy[modifier | modifier le code]

  • 1963 Midi ou l'Attentat (Julliard)
  • 1971 Le Sac du palais d'été (Gallimard)
  • 1972 Urbanisme (Gallimard)
  • 1973 Les Suicidés du printemps
  • 1973 Une mort sale (Gallimard)
  • 1973 La Vie d'Adrian Putney, poète (Gallimard)
  • 1974 Ava (Gallimard)
  • 1974 Mémoires secrets pour servir à l'histoire de ce siècle (Gallimard)
  • 1974 La Mort de Floria Tosca (Mercure de France)
  • 1975 Rêver la vie (Gallimard)
  • 1976 La Figure dans la pierre (Gallimard)
  • 1977 Les Enfants du Parc (Gallimard)
  • 1977 Si j’étais romancier (Garnier)
  • 1977 Chine, un itinéraire (Olivier Orban)
  • 1978 Callas, une vie (Ramsay)
  • 1978 Les Nouvelles Aventures du chevalier de la Barre (Gallimard)
  • 1979 Cordelia, ou l'Angleterre (Gallimard)
  • 1979 Orient-Express I (Albin Michel)
  • 1979 Don Giovanni, Mozart, Losey (Albin Michel)
  • 1979 La Petite Comtesse (Le Signe)
  • 1980 Salue pour moi le Monde (Gallimard)
  • 1980 Pandora (Albin Michel)
  • 1981 Un voyage d'hiver (Gallimard)
  • 1982 Don Juan (Albin Michel)
  • 1983 Le Dernier Été (Flammarion)
  • 1983 Mata Hari (Albin Michel)
  • 1984 Comédies italiennes (Flammarion)
  • 1984 Orient-Express II (Albin Michel)
  • 1985 La Vie d’un héros (Albin Michel)
  • 1985 Le Vicomte épinglé (Gallimard)
  • 1986 Une ville immortelle (Albin Michel) (Grand prix du roman de l'Académie française)
  • 1987 Des châteaux en Allemagne (Flammarion)
  • 1988 Annette, ou l’éducation des filles (Albin Michel)
  • 1989 Bastille, rêver un Opéra. (Plon)
  • 1989 Toscanes (Albin Michel)
  • 1990 Chine (Albin Michel) (Prix Amerigo-Vespucci)
  • 1991 De la photographie considérée comme un assassinat (Albin Michel)
  • 1991 L’Autre Éducation sentimentale (Odile Jacob)
  • 1991 Pays d’âge, poèmes (Maeght)
  • 1992 Algérie, bords de Seine (Albin Michel)
  • 1993 Qui trop embrasse (Albin Michel)
  • 1994 Un cimetière rouge en Nouvelle-Angleterre
  • 1994 Londres, un ABC romanesque et sentimental (Jean-Claude Lattès)
  • 1995 Désir d’Europe (Albin Michel)
  • 1997 Le Rose et le Blanc (Albin Michel)
  • 1997 Retour d'Hélène (Gallimard)
  • 1997 Mes grands bordeaux (Albin Michel)
  • 1998 Aria di Roma (Albin Michel)
  • 1999 La Nuit de Ferrare (Albin Michel)
  • 2000 Demi-siècle (Albin Michel)
  • 2001 État de grâce (Albin Michel)
  • 2001 Dire perdu (Gallimard)
  • 2001 Trésors et secrets du Quai d'Orsay (Jean-Claude Lattès)
  • 2002 Berlioz (Albin Michel)
  • 2002 Les Belles du Moulin Rouge (Le Cherche-Midi)
  • 2003 Pygmalion (Maeght)
  • 2004 Dictionnaire amoureux de l'Opéra (Plon, coll. « Dictionnaire amoureux »)
  • 2004 Chambre noire à Pékin (Albin Michel)
  • 2005 Un grand homme (Albin Michel)
  • 2006 Chu Teh-Chun (Albin Michel)
  • 2007 Diplomates en guerre (Jean-Claude Lattès)
  • 2007 Le Plus Grand Peintre vivant est mort (Le Seuil)
  • 2008 La Chine : journal de Pékin (1963-2008) (Odile Jacob)
  • 2008 Karajan : la biographie (Odile Jacob)
  • 2008 Villa Médicis : journal de Rome (Odile Jacob)
  • 2010 Voyage présidentiel (Le Seuil)

Sous le pseudonyme de Nicolas Meilcour[modifier | modifier le code]

  • 1969 Rose et Carma (Christian Bourgois), nouvelles érotiques

Sous le pseudonyme de Raymond Marlot[modifier | modifier le code]

  • 1971 Gauguin à gogo (Denoël, collection Crime-club), roman policier
  • 1972 Les Suicidés du printemps (Denoël, collection Crime-club), roman policier

Sous le pseudonyme de Pierre Lempety[modifier | modifier le code]

  • 1975 Carnets de Jeanne (Denoël)

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D’après l’article Angremy (Jean-Pierre) dans l'édition 1990—1991 du Who's Who in France (1990), éd. Jacques laffitte
  2. D’après le site de l’Académie française
  3. a et b D’après sa nécrologie dans le journal Le Monde
  4. Quoique son pseudonyme littéraire, étant formé des quatre dernières lettres de son nom, devrait s'écrire sans accent, les différentes éditions de ses œuvres emploient indifféremment les deux orthographes, sans cohérence.
  5. D’après le site Amazon.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]