Pierre-Jean Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabre.
Pierre-Jean Fabre, 1624

Pierre-Jean Fabre (né vers 1588 et mort en 1658 à Castelnaudary) est un médecin et alchimiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Castelnaudary en 1588. Il fait des études de médecine à Montpellier et découvre l'œuvre de Paracelse. Dès 1610 il exerce la médecine à Castelnaudary. Il devient célèbre comme spécialiste de la peste (1628-1632). Il reçoit la charge de médecin particulier de Louis XIII. Il prétend réussir une transmutation alchimique du plomb en argent le 22 juillet 1627. Il meurt à Castelnaudary en 1658.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Palladium spagyricum, 1624
Alchymista Christianus, 1632
  • Palladium Spagyricum, Toulouse, Bosc, 1624, 276 p.
  • Chirurgica spagyrica, Toulouse, Bosc, 1626, 176 p. Traduction française manuscrite de Pierre Mallet, Chartres, 1649.
  • Insignes curationes variorum morborum quos medicamentis chymicis jucundissima methodo curavit, Toulouse, Bosc, 1627.
  • Myrothecium spagyricum, Toulouse, Bosc, 1628, 448 p.
  • Traité de la peste selon la doctrine des médecins spagyriques, Toulouse, 1629, Castres, 1653.
  • Alchymista christianus, Toulouse, Bosc, 1632. Trad. (XVIII° s.) : L'alchimiste chrétien (édition de Frank Greiner), Paris et Milan, Archè, 2001, 732 p. Paraphrase alchimique de la Theologia naturalis de Raymond Sebond. Texte latin 1632, 32-236-4 p. [1].
  • Hercules pio-chymicus, Toulouse, Bosc, 1634.
  • L'Abrégé des secrets chymiques, où l'on voit la nature des animaux, végétaux et minéraux entièrement découverts, avec les vertus et propriétés des principes qui composent et conservent leur être ; et un traité de la médecine générale, Paris, Pierre Billaine, 1636. Gutenberg Reprints, 1990, 395 p. [2]
  • Hydrographum spagyricum, Toulouse, Bosc, 1639, 260 p.
  • Propugnaculum alchymiae adversus quosdam misochymicos..., Toulouse, Bosc, 1645, 128 p. Traduction française manuscrite en 1790 par le chevalier Dernelon : Rempart de l'alchimie.
  • Traduction et notes du Cursus triomphalis Antimonii de Basile Valentin, Toulouse, Bosc, 1646.
  • Panchymicus, seu Anatomia totius Universi Opus, Toulouse, Bosc, 1646.
  • Sapientia Universalis quatuor libris comprehensa. Videlicet 1. Quid sit sapientia, & de modiis ad eam perveniendi, 2. De cognitione hominis, 3. De medentis morbis hominum, 4. De Meliorandis metallis, Toulouse, Bosc, 1654.
  • Remèdes curatifs et préservatifs de la peste donnez au public en 1652 par Pierre-Jean Fabre, Réimprimé en 1720 à Toulouse, 16 p.
  • Manuscriptum ad Serenissimum Fridericum...res alchymicorum explanans, 1653, édité par G. Clauder dans les Miscellanea Curiosa de l'Académie impériale léopoldine de Nuremberg, 1690 ; in J. J. Manget, Bibliotheca Chemica Curiosa, 1702.
  • Opera reliqua volumine hoc posteriore comprehensa, Francfort, Beyer, 1652 ; Francfort, Beyer, 1656.

Études[modifier | modifier le code]

  • Frank Greiner, Introduction à L'Alchimiste chrétien (Alchymista christianus), Paris, S.É.H.A. et Milan, ARCHÈ, 2001, p. VII-CXVII.
  • Frank Greiner, "Pierre-Jean Fabre", in Dictionnaire de réseaux culturels toulousains en Europe entre 1480 et 1780, Bibliotheca Tholosana: http://www.bibliotheca-tholosana.fr/bth/accueilArticleDictionnaire.seam?articleDictionnaireArticleDictionnaireId=4&cid=601854 Bernard Joly, « La réception de la pensée de Van Helmont dans l'œuvre de Pierre-Jean Fabre », in Z.R.W.M. von Martels (éd.), Alchemy Revisited, Brill, Leiden, 1990, pp. 206-214.
  • Bernard Joly, Rationalité de l'alchimie au XVIIe siècle, Vrin, 1992 extraits en ligne
  • Bernard Joly, "Pierre-Jean Fabre", apud The dictionary of seventeenth-century french philosophers, Thoemmes Press, 2004.
  • René Nelly, "Un médecin alchimiste : Pierre-Jean Fabre", La Tour Saint-Jacques, n° 16, Paris, 1958.
  • Henry Ricalens, "Pierre-Jean Fabre, médecin et alchimiste de Castelnaudary (1588-1658) et son traité de la peste selon la méthode des médecins spagyristes", Bulletin de la société d'études scientifiques de l'Aude, 2003, vol. CIII, p. 113-120.
  • François Secret, "Pierre-Jean Fabre, médecin spagirique et alchimiste", Bibliothèque d'humanisme et Renaissance, Genève, t. XXXV, 1973.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]