Pierre-Hubert Nysten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un médecin image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un médecin français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pierre-Hubert Nysten, né le , mort le à Paris[1], est un physiologiste et pédiatre franco-belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Liège, il étudia à Paris et devint professeur à l'École de médecine de Paris.

Avec Bichat (1771-1802), il mena des expériences pionnières électro-médicales. Il fut chargé de plusieurs missions par le gouvernement français, et devint médecin de l'Hospice des Enfants Assistés. Il décrivit la polyhédrose, les symptômes associés à l'albuminurie, et de la rigidité cadavérique (1811) : la « loi de Nysten » définit les différentes étapes de cette rigidité.

En 1810, il publia avec Joseph Capuron (1767-1850), la seconde édition du Nouveau dictionnaire de médecine, de chirurgie, de physique, de chimie et d'histoire naturelle, et en 1814 une édition révisée de ce dictionnaire.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Nouvelles expériences galvaniques, faites sur les organes musculaires de l'homme et des animaux à sang rouge ; dans lesquelles, en classant ces divers organes sous le rapport de la durée de leur excitabilité galvanique, on prouve que le coeur est celui qui conserve le plus long-temps cette propriété, 1803, Lire en ligne
  • Recherches sur les maladies des vers à soie, Paris, 1808, consultable sur Google Books.
  • avec Joseph Capuron, Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire, 2e éd. entièrement refondue (1re éd. de Capuron seul), Paris, 1810, in-8° ; 3e éd., 1814 ; 4e éd. (par M. Bricheteau), Paris : J.-A. Brosson et J.-S. Chaudé, 1823-1824, in-8°, VIII-786 p. ; 5e éd. (revue par MM. Bricheteau, Henri et Briand), Paris : J.-S. Chaudé, et Montpellier : Sévalle, 1833, in-8°, VI-954 p. Texte en ligne ; 7e éd., Paris : J.-S. Chaudé, 1839, in-8°, VI-989 p. ; 9e éd., 1845, in-8° ; 10e éd. (revue par Émile Littré et Charles-Philippe Robin ; ouvrage augmenté de la Synonymie latine, grecque, allemande, anglaise, italienne et espagnole et suivi d'un glossaire de ces diverses langues), Paris : J.-B. Baillière, 1855, 2 grands vol. in-8° ; 11e éd., Paris : J.-B. Baillière et fils, 1858, 2 grands vol. in-8° ; 12e éd., Paris, J.-B. Baillière et fils, 1865, 2 grands vol. in-8° ; traduit en espagnol en 1854 (Diccionario de medicina, cirujia, farmacia... sacado de las obras de Nysten, Bricheteau, O. Henry, J. Briand, Jourdan… ; y revisado por el Dr José Castells, Paris : Rosa y Bouret, 1854, 2 vol. in-18)[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la Bibliothèque naionale de France.
  2. Florian Reynaud, Les bêtes à cornes (ou l'élevage bovin) dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (19. 1810)

Liens externes[modifier | modifier le code]