Pierre-Henri Ducos de La Haille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Henri Ducos de La Haille
Naissance
Décès
Nom de naissance
Pierre Henri Étienne Ducos-Delahaille
Nationalité
Activité
Formation
Distinction

Pierre-Henri Ducos de La Haille, né Pierre Henri Étienne Ducos-Delahaille le à Poitiers (Vienne)[1], et mort en 1972 à Saint-Martin-de-Ré, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jules Ducos de La Haille, issu d'une vieille famille de la noblesse poitevine, il se rend tôt à Paris où il est présenté à l'Ecole des Beaux-Arts par le peintre François Schommer dès 1909, mais intègre définitivement l'école en 1914.

Élève de Louis-Joseph-Raphaël Collin et d'Ernest Laurent, Pierre-Henri Ducos de La Haille expose dès 1920 au Salon des artistes français. Il s'illustre durant sa scolarité, dans les différents concours d'émulation proposés aux élèves de l'école des Beaux-Arts : il gagne en 1919 et 1921 le concours de l'esquisse peinte, grâce auquel il remporte le prix Fortin d'Ivry en 1919 et obtient en 1920 le prix Jauvin d'Attainville.

Il obtient le prix de Rome en peinture de 1922, pour La Fortune et l'Abondance sortant du sillon creusé par le laboureur, et séjourne à la Villa Médicis entre 1923 et 1926.

Dès son retour de Rome, Ducos de La Haille s'illustre dans le domaine du grand décor, en recevant plusieurs commandes officiels où il montre son talent de fresquiste. Dès 1927, il peint une allégorie de La République pour l'hôtel de Ville de Reims, et décore en 1928 l'hôtel particulier de l'industriel Pierre d'Haussy à Villeneuve-d'Ascq.

Il exécute son chef-d'œuvre à l'occasion de l'Exposition coloniale de 1931 : pour le Palais des Colonies (plus tard « musée des arts africains et océaniens » et actuelle Cité de l'Histoire de l'Immigration), il conçoit le décor de la grande Salle des fêtes centrale, en réalisant une fresque de 600m² sur le thème des bienfaits de la colonisation : au centre est représenté le Rayonnement de la France sur les Cinq Continents, tandis que sur les murs latéraux sont peints les allégories de l'Art, de la Paix, du Travail, du Commerce, de l'Industrie, de la Liberté, de la Justice, et de la Science.

Dans les années 1930, il poursuit sa carrière de décorateur en participant au chantier de décoration du célèbre paquebot Normandie en 1935 : il peint pour les murs de la galerie-salon des premières classes deux compositions sur le thème de La Conquête normande et La Paix normande. Il participe également aux décors de l'église Saint-Pierre de Chaillot en 1938 : La Foi (derrière l'orgue), La Trinité (au plafond de la nef), et le décor du plafond de la crypte. Dans le même temps, il collabore avec la manufacture des Gobelins, et donne plusieurs modèles de tapisseries sur le thème des colonies.

Membre dès 1928 de l'association « La Fresque », il enseigne dans les locaux de l'association à Paris, et est également nommé professeur de fresque à l'Ecole des Beaux-Arts entre 1929 et 1949.

Le musée d'Art et d'Histoire de Cognac conserve plusieurs de ses œuvres, et lui a consacré une exposition rétrospective en 2010

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Fresques[modifier | modifier le code]

  • La Mer, 1922, fresque, Paris, École des garçons au no 44 rue des Jeûneurs[2]
  • Décors de l'Hôtel de Ville de Reims, 1927
  • Décors de l'hôtel particulier de Pierre d'Haussy, Villeneuve-d'Ascq, 1928
  • Décors du Palais des Colonies, Paris, 1931
  • Décors du paquebot Normandie, 1935
  • Décors de l'église Saint-Pierre de Chaillot, Paris, 1938

Tapisseries[modifier | modifier le code]

  • Île-de-France, 1949, tapisserie, salle Bamberger de la Chambre de commerce et d'industrie de Versailles, ancien Hôtel du Barry. Cette œuvre a été réalisée à la manufacture d'Aubusson par les lissiers Tabard père et fils d'après un carton de Ducos de la Haille.
  • Le Sénégal, 1937, non localisé, autrefois déposé par le Mobilier national à l'ambassade de France à N'Djamena (Tchad).

Élèves notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archive de la Vienne, acte n°449 dressé le 27/07/1889 à Poitiers, vue 107/214
  2. Archives de Paris, VR 573.
  3. Sadi de Gorter, Forissier, Paris, La Bibliothèque des arts, (ISBN 2-850-47083-X), p. 39