Pierre-Henri Bunel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Bunel.
Pierre-Henri Bunel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
Nationalité
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Lieu de détention

Pierre-Henri Bunel, né le [1], est un ancien officier français. Il a été officier de service de renseignement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fait l'école militaire de Saint-Cyr, il fait carrière dans l'armée de terre française à partir de 1973 et obtient le grade de commandant en 1993.

En 1990, il participe à l'opération Daguet en Arabie saoudite, où il est l'aide de camp de Michel Roquejoffre.

Fin 1998, alors chef du cabinet du représentant militaire français à l'OTAN, il est accusé d'avoir trahi entre juillet et octobre 1998 en fournissant à Bruxelles des documents au colonel yougoslave Jovan Milanovic, ces documents indiquant les objectifs de l'OTAN lors des futures frappes en Yougoslavie à la suite de la crise du Kosovo. Il affirme avoir agi sur ordre :

« Le commandant Bunel avait été déclaré coupable d'avoir remis, entre juillet et octobre 1998, à un agent serbe basé à Bruxelles, des informations sur les frappes aériennes prévues par l'OTAN en Yougoslavie, en cas de non-retrait des troupes serbes du Kosovo. Il avait affirmé, lors du procès, qu'il avait agi sur ordre et qu'il avait renseigné les Serbes dans l'espoir d'éviter un bain de sang[2]. »

Le 15 décembre 2001, il est dégradé et condamné par un tribunal militaire à cinq ans de prison dont trois avec sursis et retourne à la prison de la Santé, il est libéré au printemps 2002[2].

En 2013 il est décoré par le président serbe, Tomislav Nikolic, pour « un acte héroïque ».

Il participe, en 2002, au livre de Thierry Meyssan, Le Pentagate, dans lequel il rédige le chapitre 4 intitulé « L'effet d'une charge creuse »[3] à propos de la controverse sur ce qui est arrivé au Pentagone lors des attentats du 11 septembre 2001, accréditant l'hypothèse d'un missile de croisière de faible portée, avec une ogive à base de tungstène, ayant explosé à l'intérieur du bâtiment après avoir perforé la façade.

Arabophone et anglophone, il est l'auteur des traductions françaises des livres de David Ray Griffin parus aux Éditions Demi-Lune.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Crimes de guerre à l'OTAN, Éditions no 1, 2000 ; complété et réédité chez Carnot, en 2001.
  • Mes services secrets : Souvenirs d'un agent de l'ombre, Flammarion, 2001.
  • Menaces islamistes, Carnot, 2001.
  • Proche-Orient : Une guerre mondiale, Carnot, 2004.
  • Le Cederom Montsegur, roman cryptographique, éditions ACE, 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bunel, Pierre-Henri (1952-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 50707-frfre (consulté le 16 février 2018)
  2. a et b L'ex-commandant Pierre-Henri Bunel décoré par la Serbie pour "un acte héroïque" - Philippe Chapleau, Blog Lignes de défense, Ouest-France, 5 septembre 2013
  3. Thierry Meyssan, L'Effroyable imposture 1 & Le Pentagate, éditions Demi-Lune, 2007, nouvelle édition annotée, pp. 249-259.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]