Pierre-Gilles Veber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Gilles Veber
Nom de naissance Gilles Pierre Veber
Naissance
Paris 17e
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 72 ans)
Paris 15e
Profession Scénariste, écrivain, journaliste

Pierre-Gilles Veber, Pierre Gilles de son nom de plume, Gilles Pierre Veber à l'état-civil, est un journaliste, écrivain et scénariste français, né le à Paris[1] (17e), ville où il est mort le (dans le 15e). Il fut également dramaturge et, le temps d'un film, réalisateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Gilles Veber est le fils du dramaturge Pierre Veber et le neveu de Tristan Bernard. Il est le frère du scénariste Serge Veber ainsi que le cousin de Raymond Bernard et de Jean-Jacques Bernard. Marié à la romancière Catherine Agadjanian dite Georgette Paul[2], il est le père du réalisateur Francis Veber[3] et le grand-père de l'écrivaine Sophie Audouin-Mamikonian.

Dans l'entre-deux-guerres, Pierre-Gilles Veber est directeur littéraire du quotidien Le Matin. Durant l'occupation allemande, menacé à cause de son origine juive, il échappe à la déportation grâce au baptême de ses enfants mais, par peur d'une arrestation, demeure essentiellement cloîtré dans son appartement. Sa carrière professionnelle est brisée et il ne retrouve pas de travail dans la presse après la libération[4].

Pierre-Gilles Veber est notamment l'auteur du roman Fanfan-la-Tulipe, premier cavalier de France.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Fanfan-La-Tulipe, premier cavalier de France, éditions Jules Tallandier, 1926
  • Chroniques cinématographiques parues dans Le Matin, 1930
  • Celui qui força le destin, Tallandier, 1931
  • La Présidente, Rouff, 1950
  • Et moi, j'te dis qu'elle t'a fait d'l'œil, Rouff, 1951

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste
Réalisateur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n°496 du 20/2/1896, Paris 17e, Archives de Paris en ligne, Réf:V4E10147
  2. Georgette Paul sur data.bnf.fr
  3. Pierre Billard, L'âge classique du cinéma français : du cinéma parlant à la Nouvelle Vague, Flammarion, 1995, page 134
  4. Francis Veber, Que ça reste entre nous, Robert Laffont, 2010, pages 7, 11-15, 24-27
  5. (en) Jettatura sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]