Pierre-Edme-Nicolas Jeannest-la-Noue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeannest.

Pierre-Edme-Nicolas Jeannest-la-Noue
Fonctions
Député de l'Yonne

(1 an, 10 mois et 27 jours)
Gouvernement Convention nationale
Député au Conseil des Cinq-Cents

(1 an, 7 mois et 6 jours)
Conseiller général de l'Yonne
Maire de Saint-Florentin
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Florentin (Yonne)
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Saint-Florentin (Yonne)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Plaine
Profession Rapporteur public
députés de l'Yonne

Pierre-Edme-Nicolas Jeannest-la-Noue dit l'aîné, était un homme politique français né le à Saint-Florentin (Yonne) et mort dans cette même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le frère aîné de Claude-François-Louis Jeannest, député à l'Assemblée nationale constituante.

Jeannest-la-Noue fut avant la Révolution un rapporteur du point d'honneur, c'est-à-dire un officier chargé de régler les conflits entre les nobles du bailliage.

En 1789, il fut nommé membre du directoire du district de Saint-Florentin, puis du directoire du département en 1790. Le 7 septembre 1792, il fut élu comme troisième suppléant de l'Yonne à la Convention nationale, avec 83 voix sur 544 votants.

L'exécution de Jacques Boilleau le 30 octobre 1793 libéra un siège à l'assemblée que Jeannest-la-Noue accepta le 29 novembre (9 frimaire an II). Il se montra très discret au cours de son mandat, ne prenant jamais la parole.

En l'an IV, il fut réélu député de l'Yonne au Conseil des Cinq-Cents, avec 226 sur 291 votants. Il fit toujours aussi peu parler de lui jusqu'à sa non-réélection en l'an VI. Il revint dans son département, fut conseiller général de l'Yonne puis maire de Saint-Florentin sous Bonaparte.

Sources[modifier | modifier le code]