Pierre-Charles Levesque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre-Charles Levesque
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Pierre-Charles Levesque, né le à Paris, où il est mort le , est un professeur, traducteur et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élevé pour être graveur, comme son père, Levesque fit, malgré les revers de fortune de sa famille, des études, qui s’avérèrent brillantes[1]. Il vécut quelque temps ensuite de son état de graveur, avant d’être nommé, à la recommandation de Diderot, professeur à Saint-Pétersbourg. Parti en 1773, il finit professeur à l’École des cadets de Saint-Pétersbourg de 1778 à 1780.

Il mit à profit les sept années où il resta en Russie pour recueillir les matériaux d’une histoire de ce pays, qu’il publia à son retour en France. Cet ouvrage eut le plus grand succès : en Russie même, son Histoire de Russie devint un classique, tandis qu’elle lui ouvrait, en France, les portes de l’Académie des inscriptions. Toujours éditée à ce jour, l’Histoire de Russie exerça « une influence sensible sur l’image de la Russie en Occident, mais aussi sur l’historiographie russe », et « fut un exemple concret d’application des plans de Diderot concernant la civilisation de la Russie. » « Levesque s’était révélé comme un savant accompli, son utilisation des sources répondait aux exigences formulées par les Encyclopédistes. Son principe fondamental était que la critique historique « saine » exigeait de vérifier l’authenticité d’une source, d’en analyser les qualités et les défauts et de comparer les sources entre elles. »

Levesque fut appelé à la chaire de morale et ensuite à celle d’histoire au collège de France. Il a traduit Xénophon et Plutarque pour la collection des moralistes anciens, et son principal titre littéraire est une bonne traduction de Thucydide. Il a fourni de nombreux articles à divers recueils littéraires et scientifiques. Comme on peut en juger par ses écrits, notamment sa collaboration active à l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal, il était lié avec les philosophes et partageait leurs sentiments.

Sa fille Marie-Louise-Rose Lévesque (Petigny de Saint-Romain, en mariage) a été poète[2]. Il était aussi le grand-père de Jules de Pétigny.

Publications[modifier | modifier le code]

Œuvres originales[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Russie, Paris, 1785, 5 vol. in-12 ;
  • Histoire des différents peuples soumis à la domination des Russes, ou Suite de l’Histoire de Russie, 2 vol. in-12 ;
    Les deux ouvrages ont été réunis sous le titre d’Histoire de Russie, augmentée et conduite jusqu’à la mort de Paul 1er, avec des Notes de Malte-Brun et Depping, Paris, 1812, 8 vol. in-8°, et atlas.
  • La France sous les cinq premiers Valois, ou histoire de France depuis l’avènement de Philippe de Valois jusqu'à la mort de Charles VII, Paris, De Bure, 1788, 4 vol. in-12 ;
  • (avec Claude-Henri Watelet) Dictionnaire des arts de peinture, sculpture et gravure, Paris, Prault, 1792, 5 vol. grand in-8° ;
  • Dictionnaire des beaux-arts de l'Encyclopédie Méthodique, Paris, Panckoucke, 1788 ;
  • Études de l'histoire ancienne et de celle de la Grèce : de la constitution de la république d'Athènes et de celle de Lacédémone, de la législation, des tribunaux, des mœurs et usages des Athéniens, de la poésie, de la philosophie et des arts chez les Grecs, Paris, Fournier Frères, 1811, 5 vol. ;
  • Opuscules philosophiques.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Thucydide, Paris, Gail, Aubin, 1795, 4 vol. in-8° ;
  • (collaboration) Henry Trianon (dir.) Œuvres complètes de Xénophon, 2 vol., 1 198 p.

Correspondance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mazon, p. 7.
  2. Textes sur Wikisource.

Liens externes[modifier | modifier le code]