Pierre-Charles Canot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canot (homonymie).
Pierre-Charles Canot
Naissance
Décès
Activité
Lieu de travail

Pierre-Charles Canot (1710-1777) est un graveur taille-doucier français, ayant principalement effectué sa carrière en Angleterre.

Parcours[modifier | modifier le code]

Né à Paris, Pierre-Charles Canot est le frère aîné du paysagiste Philippe Canot (1715-1783).

Il part pour l'Angleterre en 1740, où, à l'instar de son illustre prédécesseur Gravelot, il va faire carrière en tant que graveur. Taille-doucier sur grand format, il fut, plus rarement, aquafortiste. Il travaille à ses débuts londoniens avec l'un des meilleurs élèves de Gravelot, Charles Grignion (en) (1717-1810).

Son premier véritable succès est la gravure qu'il exécute en 1746, Le Naufrage de HMS Victory, d'après Peter Monamy : le Victory était le bâtiment le plus moderne de son époque et sa disparition, le 4 octobre 1744, qui choqua l'Empire britannique, entraîna chez les amateurs d'images un goût prononcé pour le sublime[1].

Considéré comme un bon graveur de vues, paysages, ports de mer et marines, il est nommé graveur-associé à la Royal Academy en 1770 et meurt à Londres en 1777, dans le bourg de Kentish Town.

On connaît de lui un certain nombre de gravures de reproduction d'après Jan van Goyen, Claude Lorrain, William Bellers, Richard Paton et surtout Jean Pillement qu'il adapta de nombreuses fois, répondant ainsi au goût de son temps.

Il eut au moins un élève, Christopher Norton (?-1799), notamment sur la gravure de La Petite Montagne (1756) d'après Pillement, exécutée au même format (28 × 35 cm)[2].

Conservation[modifier | modifier le code]

Le graveur et antiquaire Joseph Strutt (en) (1749-1802) fut le premier à tenter l'inventaire de son œuvre dès 1786.

Charles Blanc estime à plus de 175 pièces sa production.

Michael Bryan a produit en 1816 l'inventaire du fonds Canot au British Museum soit près d'une trentaine de planches.

Marcel Roux (1884-1956) signale, parmi près d'une centaine de pièces conservées au cabinet des estampes de la BnF, une remarquable planche satirique, Le Déjeuné de Ferney (1773) représentant Voltaire alité, visité par le futur Louis XVI[3].

Quelques estampes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du National Maritime Museum, Greenwich, Londres — Fonds Caird, cote BHC0361.
  2. Fiche de Pierre-Charles Canot sur le Catalogue général de la BnF.
  3. Le Déjeuné de Ferney, eau-forte et burin, imprimée à Londres chez R. Sayer — sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :