Pierre-Alexandre Le Camus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Alexandre Le Camus
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
Le ChesnayVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Pierre-Alexandre Le Camus, comte de Fürstenstein né le en Martinique et mort le au château du Grand Chesnay, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Alexandre Le Camus, créole de la Martinique rencontra, vers 1805, Jérôme Bonaparte au moment où ce dernier fit une escale forcée sur l'île, atteint par la fièvre jaune[1].

Le Camus ne quitta dès lors plus son maître : ce dernier se l'attacha, d'abord comme secrétaire particulier, puis, devenu roi de Westphalie, le fit son ministre secrétaire d'État et des Relations extérieures ainsi que son favori.

Sa présence était « presque nécessaire au Roi pour s'endormir » selon l'ambassadeur de France Reinhard.

Tout ceci provoqua la colère de l'Empereur, qui écrivit à son frère (le ) :

« Je vois que vous avez le projet de donner la terre de Fürstenstein (de) et 40 000 livres de rente au sieur Lecamus. Je ne connais rien de plus insensé… Qu'a fait le sieur Lecamus ? il n'a rendu aucun service à la patrie ; il en a rendu à votre personne… Depuis que je règne, je n'ai pas conçu un acte d'un pareil arbitraire. J'ai plus de dix hommes qui m'ont sauvé la vie, auxquels je ne fais que 600 francs de pension. J'ai des maréchaux qui ont gagné dix batailles, qui sont couverts de blessures et qui n'ont pas la récompense que vous donnez au sieur Lecamus. Il est donc indispensable que vous reveniez sur cette mesure… (ou alors il faut) que le sieur Lecamus renonce au caractère de citoyen français… »

Ne pouvant prononcer l’allemand, l'impétrant se nommait lui-même « comte de Furchetintin »[2]. Non seulement « Furchetintin » conserva son titre et son domaine, mais Napoléon consentit à le faire comte de l'Empire ().

Son portrait fut réalisé, en 1810, par Louis-François Aubry (collection particulière).

Titres[modifier | modifier le code]

Le titre de comte de Fürstenstein (du nom du château de Fürstenstein (de), à Albungen (de)), fut confirmé à titre personnel le , puis par diplôme du roi de Prusse le .

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ordre de la Couronne de Westphalie Ordre de Saint-Hubert (Bavière) Ordre de l'Éléphant (Danemark) Ordre royal de Hollande
Ordre de l'Aigle noir (Prusse) Ordre des Séraphins (Suède) Ordre de l'Aigle d'or (Wurtemberg)
Flag of the Kingdom of Westphalia.svg Royaume de Westphalie
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière
Drapeau du Royaume de Danemark Royaume de Danemark
Drapeau du Royaume de Hollande Royaume de Hollande
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Svensk flagg 1815.svg Royaume de Suède
Drapeau du Royaume de Wurtemberg Royaume de Wurtemberg

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason à dessiner.svg Le Camus de Fürstenstein

Écartelé: aux 1 et 4, contre-écartelé de sable et d'argent (Diede de Fürstenstein); au 2, de gueules, au cheval galopant d'argent (Westphalie); au 3, d'azur, à une tour d'argent, ouverte du champ, sommée d'un bâton sortant des créneaux en barre à senestre, auquel est suspendu une pierre avec une corde. Sur le tout de Le Camus qui est d'azur à une ancre sans trabe d'argent, posée en bande.[5]

Supports
Deux chevreuils d'argent.
Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français.svg
Blason Pierre Alexandre le Camis.svg
Armes du comte de Fürstenstein et de l'Empire

Écartelé : au 1er des comtes ministres des puissances confédérés ; au 2e de gueules au cheval cabré d'argent ; au 3e de gueules au phare d'argent soutenu d'un rocher du même, issant d'une mer d'azur ; au 4e, contre-écartelé de sable et d'argent ; sur-le-tout, d'azur à une ancre en barre d'argent.[6],[2],[7]

Blason à dessiner.svg Confirmation du titre de comte, )

Écartelé: aux 1 et 4, contre-écartelé de sable et d'argent (Diede de Fürstenstein); aux 2 et 3, de gueules, au cheval galopant d'argent (Westphalie). Sur le tout d'azur à une ancre sans trabe d'argent, posée en bande (Le Camus).

Timbres
Trois casques couronnés.

Ascendance et postérité[modifier | modifier le code]

Le comte de Fürstenstein était le fils de Pierre-Timothée Le Camus (° vers 1738 Heuilley-Cotton (Marne) † Fort-Royal, Martinique), procureur Ce lien renvoie vers une page d'homonymie au conseil souverain Ce lien renvoie vers une page d'homonymie de la Martinique, et de Rose Dorothée Baylies Dupuy.

  • Il épousa, le , avec Adélaïde, comtesse de Hardenberg, dame de la cour de Louise de Prusse, dont il a :
    • Adélaïde Maria Lysinca ( 1900), mariée, le , avec Ludwig, comte von der Asseburg-Falkenstein (de) ;
    • Adolphe Charles Alexandre (né le ), 2e comte de Furtenstein (par diplôme du roi de Prusse le ), major au service de Prusse, marié, le avec Elisabeth Marie Charlotte Louise von Watzdorff, dont :
      • Victoria (née le ), mariée, le , avec Henri XXVI (1857-1913), prince Reuß zu Köstritz, dont postérité ;
      • Frédéric-Guillaume (né le ) ;
      • Alexandre (né le ).

Le comte de l'Empire avait un frère qui a laissé postérité et deux sœurs, dont l'aînée, Claire Adélaïde Le Camus ( Fort-Royal, Martinique Paris), veuve de Joseph Antoine Morio de Marienborn (1771-1811), général de division au service du roi de Westphalie, épousa Guy-Victor Duperré, dont postérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mme Françoise Aubret-Ehnert, « Jérôme Bonaparte (1784-1860) », Roi de Westphalie (1807-1813), Der König lustig, sur www.histoire-empire.org (consulté le ).
  2. a b et c Philippe Lamarque, La figure héraldique du cheval, Editions Cheminements, , 292 p. (ISBN 978-2-84478-076-8, lire en ligne).
  3. a b c d e et f Almanach royal de Westphalie : pour l'an M. DCCC. XIII., Cassel, Imprimerie royale (lire en ligne).
  4. (en) Clive Parry, The Consolidated treaty series, vol. 61, Oceana Publications, (ISBN 978-0-379-13000-3, lire en ligne).
  5. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. 1 et 2, Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887
  6. a et b « BB/29/1066 page 205. », M. Le Camus, comte de Furstenstein, ministre secrétaire d'État et des Relations extérieures de Westphalie., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le )
  7. Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Philip W. Sergeant, The Burlesque Napoleon : the Story of the Life and the Kingship of Jerome Napoleon Bonaparte, (ISBN 978-1-4179-6640-0, lire en ligne) ;
  • (de) Arthur Kleinschmidt, Geschichte des Königreichs Westfalen, Perthes, , 678 p. ;
  • (de) Hofund StaatsHandbuch des Königreichs Westphalen, (lire en ligne) ;
  • Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, (lire en ligne) ;