Piaget (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Piaget
logo de Piaget (entreprise)

Création 1874
Fondateurs Georges Edouard Piaget
Forme juridique Société anonyme
Siège social Genève Drapeau de la Suisse Suisse
Direction Chabi Nouri (CEO)
Actionnaires RichemontVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Horlogerie et Joaillerie
Produits montres et bijoux
Société mère Richemont
Site web www.piaget.fr

Piaget est une manufacture suisse d’horlogerie et de joaillerie fondée par Georges-Edouard Piaget en 1874 à la Côte-aux-Fées. La manufacture possède des implantations dans sa commune d'origine et à Plan-les-Ouates, près de Genève, où sont regroupées les activités de production des boîtiers, des bracelets et le sertissage des pièces de joaillerie. Des boutiques Piaget existent dans divers pays.

Depuis 1988, elle appartient au groupe de luxe suisse Richemont[1].

La marque compte 100 boutiques en propre et 350 points de vente[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Georges-Edouard Piaget, originaire de La Côte-aux-Fées dans le Jura suisse, entreprend la fabrication de mouvements horlogers destinés au fabricants de montres[3]. Par la suite, Georges-Edouard Piaget développe sa technique[4]. En 1911, son fils Timothée Piaget reprend l’atelier. Il fait construire la première manufacture et transforme l’entreprise en société en nom collectif.

À partir des années 1930, Piaget crée des montres pour hommes et femme. En 1943, l'entreprise devient une marque[5]. Les petits-fils de Georges-Edouard Piaget, Valentin et Gérald, reprennent l'affaire. Une nouvelle manufacture est inaugurée à la Côte-aux-Fées.

En 1957, Piaget présente à Bâle le mouvement mécanique extra-plat. Par la suite, ce modèle est décliné sous d'autres variantes[6]. La même année, la manufacture produit des modèles en or ou platine. En , Piaget ouvre une première boutique à Genève, au no 40 de la rue du Rhône. La société développe d'autres modèles extra-plats.

Parallèlement, l'entreprise diversifie ses activités et se lance dans la haute joaillerie[5]. Elle construit une manufacture spécialisée à Genève[5]. La même année, la marque présente ses premières collections de bijoux[7].

En 1960, Piaget entre au Guiness Book avec le mouvement 12P de 2,3 mm d’épaisseur, calibre automatique le plus plat[5]. L'entreprise développe d'autres produits comme des montres monnaies, et des boîtiers carrés et rectangulaires[5]. Ayant racheté plusieurs ateliers d’orfèvrerie genevois, la manufacture propose également des montres joaillières et des modèles au cadran en pierres dures. En 1964, Piaget acquiert la manufacture Baume & Mercier et ouvre de nouvelles boutiques.

Parmi les clients célèbres, on peut citer Jackie Kennedy, Elizabeth Taylor, Andy Warhol ou encore Sophia Loren[8] En 1967, l'entreprise s'associe avec l'artiste Salvador Dali[7].

Au milieu des années 1970, Piaget emploie le mécanisme à quartz.

Depuis 1988, Piaget appartient à la Compagnie financière Richemont S.A, troisième groupe mondial de luxe[1], qui l'acquiert en totalité en 1993[9].

Piaget inaugure en 2001 une nouvelle manufacture d'horlogerie à Plan-les-Ouates, près de Genève.

En 2010, Piaget expose à la Biennale des antiquaires de Paris[10]. En 2013, elle présente pour la première fois ses modèles extra-plats lors d’une exposition à Paris[11].

Piaget reçoit en 2016 le grand prix d'horlogerie de Genève[12].

En 2017, Chabi Nouri prend la tête de l’entreprise.[13] Celle-ci compte 100 magasins et 350 points de vente dans le monde[2]. Inaugurée en 2015, sa plus grande boutique est située à Paris[14].

Collections horlogères[modifier | modifier le code]

Les collections de Piaget correspondent aux divers aspects de sa technique. La société propose des calibres extra-plats[15] et diverses collections joaillières.

Ambassadeurs internationaux[modifier | modifier le code]

Les acteurs américains Jessica Chastain[16] et Ryan Reynolds[17] ont accepté un contrat pour représenter la marque, tout comme l'auteur suisse Joël Dicker[18] et le chef français Jean-François Piège[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La fine histoire de Piaget, maître de l'ultraplat », sur lefigaro.fr,
  2. a et b « Chabi Nouri: «Pour Piaget, la vente en ligne n’est plus un tabou depuis longtemps» », sur letemps.ch,
  3. Pauline Castellani, « La fine histoire de Piaget, maître de l'ultraplat », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2018)
  4. Franck Declerck, « Piaget, magicien orfèvre du temps », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2018)
  5. a b c d et e Elsa Doladille,, « Piaget, la saga de la marque », Plurielles.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2018)
  6. Marie Le Berre, « Altiplano, reine de l’extra-plat », journal.hautehorlogerie.org,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2018)
  7. a et b « Piaget, au nom de l’excellence », sur marieclaire.fr,
  8. « L'horlogerie féminine en majesté », sur lepoint.fr,
  9. Jacqueline Coignard, « Richemont tente d'avaler Rothmans », sur Liberation.fr,
  10. « Bijoux Piaget à la Biennale des Antiquaires », madinjoaillerie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2018)
  11. « Comprendre l'extra-plat avec Piaget », sur www.lepoint.fr,
  12. « Grand Prix d'horlogerie 2016 : Piaget doublement récompensée », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2018)
  13. « Chabi Nouri: «Piaget a remis à l'honneur les montres masculines fines » », sur lefigaro.fr,
  14. « Flagship de prestige pour Piaget », sur journalduluxe.fr,
  15. Le Point Montres, « Tout savoir sur les montres Piaget - Le Point Montres », sur Le Point.fr (consulté le 12 mars 2018)
  16. « Jessica Chastain, la nouvelle ambassadrice Piaget », elle.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2018)
  17. « Ryan Reynolds, nouvel ambassadeur international de Piaget », parismatch.com,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2018)
  18. « Small Talk : Joël Dicker », sur lesechos.fr, (consulté le 26 janvier 2019)
  19. « Jean-François Piège pour Piaget : rencontre entre gastronomie et horlogerie », sur FIGARO, (consulté le 26 janvier 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]