Pia Kjærsgaard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kjærsgaard.
Pia Kjærsgaard
Pia Kjærsgaard en 2014.
Pia Kjærsgaard en 2014.
Fonctions
32e présidente du Parlement danois
En fonction depuis le
(1 mois et 21 jours)
Législature 68e
Prédécesseur Mogens Lykketoft
Présidente du Parti populaire danois

(16 ans 11 mois et 5 jours)
Prédécesseur Fondation du parti
Successeur Kristian Thulesen Dahl
Biographie
Nom de naissance Pia Merete Kjærsgaard
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Copenhague, Danemark
Nationalité danoise
Parti politique Parti du progrès (1979-1995)
Parti populaire (depuis 1995)

Pia Merete Kjærsgaard (né le à Copenhague) est une femme politique danoise. Présidente du parti nationaliste Parti populaire danois (« Dansk Folkeparti ») entre 1995 et 2012, elle est députée depuis 1984 et est la présidente du Parlement danois depuis 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son premier mandat parlementaire au Folketing (le Parlement danois) fut en 1984 sous l'étiquette du Parti du progrès (Fremskridtspartiet) dont elle était une dirigeante. À la suite de divergences internes, elle a créé sa propre formation politique, le Parti populaire danois, le .

La ligne politique de ce parti est à la fois teintée de préoccupations d'équité sociale, d'une volonté de répression de la criminalité et d'une position très restrictive concernant l'immigration. Le parti a rencontré un vif succès lors des élections législatives danoises de 2001. Le DF est maintenant la troisième plus large faction politique du Parlement danois. Le DF est allié de la coalition gouvernementale mené par Anders Fogh Rasmussen du Parti libéral, Venstre.

Avant de devenir une politicienne, Pia Merete Kjærsgaard a travaillé comme assistante de direction dans une société d'assurance et de publicité (1963-1967) et comme assistante à domicile (1978-1984).

Les principaux objectifs politiques de Pia Merete Kjærsgaard sont la prise en charge des personnes âgées, la souveraineté du Danemark vis-à-vis de l'Union européenne et la limitation de l'immigration. En 2000, elle a fait campagne avec succès pour que le Danemark garde sa monnaie danoise, la couronne danoise, et ne passe pas à l'euro. Ses vues sur l'immigration sont souvent comparées à celle de Jean-Marie Le Pen en France et celles de Pim Fortuyn aux Pays-Bas.

En 1998, Pia Kjærsgaard a échappé à Copenhague à une agression physique orchestrée par des membres d'une organisation d'extrême gauche.

En 2003, Pia Kjærsgaard a perdu un procès en diffamation devant la Cour suprême du Danemark contre un opposant politique qui qualifiait ses positions politiques de racistes. La Cour a utilisé une définition large du racisme et s'est appuyé sur des discours de Kjærsgaard critiquant l'Islam et la culture musulmane.

Aux élections parlementaires danoises de 2005, elle a obtenu 38 347 voix parmi les bulletins par personnes[1], le deuxième meilleur total de tout le Danemark après celui du Premier ministre Anders Fogh Rasmussen. Lors de ces élections son parti a encore réussi à être le troisième groupe parlementaire du Folketing.

En septembre 2012, elle choisit Kristian Thulesen Dahl, député depuis 1994, pour lui succéder à la tête du parti.

À la suite des élections législatives de 2015, qui voient le retour de la droite au pouvoir et la percée de son parti, elle devient présidente du Parlement danois, étant la première femme à accéder à cette fonction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. le système électoral danois, comme le système allemand, donne deux bulletins aux électeurs : un pour le parti de leur choix, et un pour le candidat de leur choix

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :