Phyllis Monkman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Phyllis Monkman
PhyllisMonkman1908.tif
Phyllis Monkman, adolescente, déguisée en papillon, parue en 1908.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
Nom de naissance
Phyllis Ida HarrisonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Laddie Cliff (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Phyllis Ida Harrison connue comme Phyllis Monkman (1892-1976) est une danseuse et actrice britannique de théâtre et de cinéma[1]. Elle est l'épouse de Laddie Cliff (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Jack Harrison, est un costumier de théâtre. Pendant la Première Guerre mondiale, elle est danseuse à l'Alhambra Theatre et actrice au Comedy theater, travaillant avec Jack Hulbert et Jack Buchanan[2] qui l'accompagne souvent sur scène. A cette époque, elle se lie d'amitié avec Noël Coward et Ivor Novello[2].

Pendant l'été 1916, le Pearson's Weekly, un magazine britannique, organise un concours dans lequel le prix consiste en une série de rendez-vous avec elle, qui prétend rechercher son homme idéal, peut-être même un mari[3].

Elle apparaît dans un film muet Her Heritage (en) avec Jack Buchanan en 1919. La même année, elle joue, à Paris, dans la revue Tout feu...Tout flemme, d'Albert Willemetz, avec Jack Buchanan, Aimé Simon-Girard, Nina Myral et Loulou Hégoburu au Casino de Paris[4],[5]. Elle joue également un rôle de premier plan dans la distribution de la revue The Co-Optimists (en) en 1921[6] et reprend se rôle dans l'adaptation cinématographique. Ensuite, elle est de plus en plus confinée aux seconds rôles.

Selon Geordie Greig (en), elle aurait eu une relation avec le prince Albert vers 1920[2].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • James Ross Moore. Andre Charlot: The Genius of Intimate Musical Revue. McFarland, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :