Photothérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La photothérapie, en médecine, est un moyen de traitement à l'aide d'un rayonnement électromagnétique non ionisant, c'est-à-dire la lumière le plus souvent.

On distingue la photothérapie simple, utilisée en ophtalmologie (exemple de la rétinopathie diabétique) ou en pédiatrie (exemple de l'ictère), et la photochimiothérapie, où un produit photo-sensibilisant est administré au patient avant exposition, utilisée en ophtalmologie (exemple de la dégénérescence maculaire liée à l'âge) ou en dermatologie (exemple du psoriasis avec la PUVA-thérapie).

On en rapproche la luminothérapie utilisée en psychiatrie (exemple de la dépression).

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine de la photothérapie pour soigner l'ictère des nouveau-nés serait dû aux observations de l'infirmière Jean Ward qui, alors qu'elle travaillait à l'hôpital de Rochford en Angleterre en 1956, aurait remarqué qu'une exposition au soleil des nouveau-nés atteints d'ictère faisait disparaître la couleur jaune de leur peau[1]. Cette intuition sera confirmée par les travaux du Dr Cremer, qui travaille dans le même hôpital et publiera un article prouvant l'efficacité de la lumière pour détruire la bilirubine, à l'origine de l'ictère [2]. Actuellement sont utilisées des lampes émettant de la lumière dans la région spectrale bleue entre 420 et 490 nm, optimum à 460nm (ce ne sont donc pas des UV) pour que cette lumière dégrade la bilirubine.

Usage médical[modifier | modifier le code]

Il existe deux façons d’administrer un traitement de photothérapie : soit sur le corps entier ou sur une grande partie du corps (à la lumière solaire ou en cabine) soit une photothérapie locale qui cible une surface réduite et déterminée de la peau. La photothérapie locale est actuellement pratiquée à l’aide d’une lampe de type laser excimer (lampe fonctionnant dans un milieu de gaz rares) ou une lampe LED.

La photothérapie locale est principalement administrée en cabinet médical, uniquement sur la partie de la peau affectée et non sur la totalité du corps. Cela évite de soumettre la partie de la peau saine à des rayonnements ultra-violets qui pourraient provoquer des effets secondaires tels que des cancers de la peau. Bien que différentes longueurs d’onde sont effectives pour certaines pathologies, on utilise la plupart du temps les rayons UVB à bande étroite (UVB-NB) qui représentent un risque carcinogène moins important que le rayonnement UVA Une nouvelle forme de photothérapie est récemment apparue qui utilise la lumière LED bleue (453 nm) offrant un traitement sans UV aux patients souffrant du psoriasis en plaques.

La photothérapie locale peut être administrée aux patients en cabinet médical ou bien à domicile sous prescription à l’aide d’une lampe fixe ou avec un support multidirectionnel. La peau saine est dans ce cas tout simplement couverte.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'anecdote est relatée dans "Ces petits hasards qui bouleversent la Science", Marie-Noëlle Charles, Le Papillon Rouge Éditeur (2012), p. 43-48.
  2. R.J. Cremer, P.W. Perryman, D.H. Richards, "Influence of light on the hyperbilirubinaemia of infants", The Lancet 24 mai 1958 (271: 7030, Pages 1094-1097 DOI: 10.1016/S0140-6736(58)91849-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dimitrov, B. D. (1993). Heliophysical activity and incidence variations of skin malignant melanoma in Czechoslovakia: a regional study. International journal of biometeorology, 37(2), 68-71.
  • Kushelevsky, A. P., Harari, M., Kudish, A. I., Hristakieva, E., Ingber, A., & Shani, J. (1998). Safety of solar phototherapy at the Dead Sea. Journal of the American Academy of Dermatology, 38(3), 447-452 (résumé).
  • Awakowicz P et al. Biological Stimulation of the Human Skin Applying Health-Promoting Light and Plasma Sources. Contributions to Plasma Physics. 2009; 49(9): 641- 647.
  • Liebmann J, Born M, Kolb-Bachofen MV. Blue-Light Irradiation Regulates Proliferation and Differentiation in Human Skin Cells. Journal of Investigative Dermatology. 2010; 130: 259-269.
  • Fischer M et al. Blue light irradiation suppresses dendritic cells activation in vitro. Experimental Dermatology. 2013; 22: 554-563.
  • Weinstabl A et al. Prospective randomized study on the efficacy of blue light in the treatment of psoriasis vulgaris. Dermatology. 2011; 223(3): 251-9.
  • Pfaff S et al. Prospective Randomized Long-Term Study on the Efficacy and Safety of UV-Free Blue Light for Treating Mild Psoriasis Vulgaris. Dermatology. 2015; 231: 24-34.