Photoisomérisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La photoisomérisation est un processus photochimique induisant l’isomérisation de molécules. Cette isomérisation peut avoir lieu par rotation de liaison (trans-cis), réarrangement squelettique ou transfert d’atomes ou de groupes[1].

Exemples[modifier | modifier le code]

Les deux principaux mécanismes de phtoisomérisation sont la conversion trans-cis (ou 'E-'Z) et la transition ouverture-fermeture de cycles.

La figure suivante montre ces deux mécanismes.

Photoisomérisation du stilbène. Première étape : conversion trans-cis. Seconde étape : fermeture-ouverture de cycle

Des exemples de conversion trans-cis incluent le rétinal, l'azobenzène et la resvératrol.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Dans l’œil, c'est la photoisomérisation du rétinal qui permet la vision.

Les molécules photoisomérisables sont déjà utilisées dans les pigments pour les CD-RW, les DVD et le stockage optique 3-D.

La photoisomérisation est aussi utilisée pour réaliser des appareils moléculaires tels que les interrupteurs moléculaires[2], les moteurs moléculaires[3] et l'électronique moléculaire.

La chimie supramoléculaire et les procédés sol-gel peuvent aussi utiliser la phoisomérisation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « IUPAC Gold Book - photoisomérization »
  2. (en) A. Mammana et al., « A Chiroptical Photoswitchable DNA Complex », Journal of Physical Chemistry B, vol. 115, no 40,‎ , p. 11581–11587 (DOI 10.1021/jp205893y)
  3. (en) J. Vachon et al., « An ultrafast surface-bound photo-active molecular motor », Photochemical and Photobiological Sciences, vol. 13, no 2,‎ , p. 241–246 (DOI 10.1039/C3PP50208B)