Phoronida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la biologie marine
Cet article est une ébauche concernant la biologie marine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les Phoronidiens forment un embranchement qui contient des espèces marines se nourrissant par filtration.

Description et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Anatomie d'un phoronide.

Les phoronides sont des animaux vermiformes, vivant dans un tube cylindrique chitineux dans lequel ils se déplacent librement. Leur corps est divisé en trois parties : le protosome (qui surplombe la bouche), le mésosome (qui comprend les lophophores, organes filtreurs en fer à cheval ou en spirales), et le métasome, qui est le tronc cylindrique de l'animal, terminé par une ampoule de fixation et où se trouvent la plupart des organes internes[1]. Ainsi fixés au substrat dans leur tube, ils laissent dépasser leurs lophophores pour piéger le plancton dans le courant d'eau et s'en nourrir[1].

Les phoronides sont hermaphrodites et ont également accès à un mode de reproduction asexué[1].

On trouve ces animaux dans la plupart des mers non glaciaires du monde, dans les 70 premiers mètres (exceptionnellement plus profond, jusqu'à 400 m). Ils sont connus depuis au moins le Dévonien, et constituent un groupe très basal de métazoaires, proche des brachiopodes[1].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Les analyses phylogénétiques les plus récentes placent ce groupe au sein des Phoronozoaires soit comme groupe-frère des Brachiopodes, soit au sein de ceux-ci qui seraient alors paraphylétiques.

Selon World Register of Marine Species (25 février 2016)[2] :



Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Christian C. Emig, « C'est quoi un phoronidien? », sur paleopolis.rediris.es,‎ .
  2. World Register of Marine Species, consulté le 25 février 2016