Phocylide de Milet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Phocylide de Milet
Biographie
Naissance
Époque
Activités
Période d'activité

Phocylide de Milet (en grec ancien Φωκυλίδης) est un auteur de maximes grec du VIe siècle av. J.-C., plutôt qu’un poète élégiaque, né à Milet. Il nous reste de lui quelques sentences, puisées dans son expérience, mais qui doivent aussi beaucoup à Hésiode. Son style est sec mais non dénué d’élégance[1] :

« Une petite ville juchée sur un rocher, mais bien administrée,
vaut mieux qu’une Ninive frappée de folie. »

Platon cite Phocylide au Livre III de La République (407 a) : « Quand on dispose de quoi vivre, il faut s'exercer à la vertu. »[2]. Aristote le cite au chapitre XI du livre IV de la Politique (1295 b 34), à propos de l’importance et de l’excellence de la classe moyenne :

« La moyenne souvent a bien des avantages :
Je veux, dans la cité, être de la moyenne. »

Phocylide a suscité le plagiat de poètes bien postérieurs : ainsi, on a longtemps attribué à Phocylide un poème didactique en 230 hexamètres, intitulé Maximes de Phocylide, mais qui est en réalité apocryphe et fabriqué à l'époque hellénistique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fragment 5.
  2. Fragment n°9.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Arnould, « L’exception qui confirme la règle (Phocylide, fr.1 Diehl) », L’Antiquité classique, vol. 71,‎ , p. 131-132 (lire en ligne, consulté le ).
  • Jean Riaud, « Quelques observations sur les relations parents-enfants dans les sentences du Pseudo-Phocylide », Revue d'Histoire et de Philosophie religieuse, vol. 80, no 1,‎ , p. 79-92 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]