Phlionte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Phlionte (en grec ancien Φλιούς / Phlioús) est une cité grecque du Péloponnèse, située au sud de Sicyone et au sud-ouest de Corinthe, à proximité de la localité moderne de Némée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres médiques, Phlionte prend part au conflit en envoyant 200 hommes combattre aux Thermopyles, puis 1000 hommes à Platées[1]. Elle est gouvernée par un régime oligarchique, si l'on excepte une courte parenthèse démocratique de 390 à -380 Pendant la guerre du Péloponnèse, elle est la fidèle alliée de Sparte. Au cours de l'hiver -417--416, son territoire est ravagé par Argos, dont elle avait accueilli les bannis.

Au début du IVe siècle av. J.-C., Phlionte se montre néanmoins moins partisane de Sparte. En -395, elle laisse la cité laconienne affronter une coalition d'Athéniens, de Thébains et de Corinthiens devant Corinthe[2]. Alors que la guerre se poursuit, Phlionte est ravagée par les peltastes mercenaires (fantassins légers) d'Iphicrate[3]. En -384, Phlionte bannit sa faction oligarchique. Les bannis se plaignent à Sparte, qui demande leur réintégration. Phlionte accepte de mauvaise grâce mais refuse de restituer leurs biens aux oligarques : le roi Agésilas II intervient en -381 et assiège la cité pendant 18 mois. Réduits par la famine, les Phliasiens doivent accepter les conditions d'Agésilas.

Au IIIe siècle av. J.-C., Phlionte rejoint la Ligue achéenne dans sa lutte contre le Spartiate Cléomène III[4]. Après qu'Aratos, chef de la Ligue, a appelé la Macédoine au secours, Antigone III Doson en profite pour s'emparer de de Corinthe et d'une partie du Péloponnèse, dont Phlionte. Selon Pausanias, la divinité principale de la cité est Hébé, déesse de la jeunesse[5].

Phlionte est le lieu de naissance des philosophes Timon, Asclépiade et Axiothée.

Notes[modifier | modifier le code]