Philosophie sociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

D'après Franck Fischbach[1] reprenant Axel Honneth [2], la philosophie sociale naît en France sous l'impulsion de Jean-Jacques Rousseau, Claude Henri de Rouvroy de Saint-Simon et Auguste Comte. Elle est reprise par les Jeunes hégéliens, disparaît en France et prolifère en Allemagne, se divisant en plusieurs écoles. La philosophie sociale est une approche qui prend pour point de départ les « rapports sociaux », et non des abstractions telles que l'individu ou l'Esprit. Elle entretient d'étroits rapports avec la sociologie et plus généralement les sciences sociales (droit, économie, politique). L'un des chercheurs actuels les plus éminents en philosophie sociale est Axel Honneth.

L'expression est également utilisée par Jürgen Habermas, par exemple dans son ouvrage La technique et la science comme « idéologie ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La philosophie sociale : colloque.
  2. La société du mépris, Paris, La Découverte, 2006, p. 42.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Châtelet, La philosophie des sciences sociales, bParis, Hachette Littérature, 2000.
  • Alfred Bertauld, De la philosophie sociale: Études critiques, BookSurge Publishing, 2001.
  • Franck Fischbach, Manifeste pour une philosophie sociale, Paris, La Découverte, 2009.
  • Guillaume le Blanc,Que faire de notre vulnérabilité ?, Paris, Bayard, 2011.
  • Fred Poché, Blessures intimes, blessures sociales. De la plainte à la solidarité, Paris, Cerf, 2008.

Lien externe[modifier | modifier le code]