Philomena de Tornos y Steinhart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philomena de Tornos y Steinhart
Description de cette image, également commentée ci-après
Philomena d'Orléans aux funérailles du prince Henri d'Orléans, comte de Paris, son beau-père, en 2019 à Dreux.

Titre

Épouse du prétendant orléaniste
au trône de France

Depuis le
(5 mois et 28 jours)

Prédécesseur Micaela Cousino
Biographie
Titulature comtesse de Paris
Nom de naissance Maria Philomena Magdalena Juliana Johanna de Tornos y Steinhart
Naissance (42 ans)
Vienne (Autriche)
Père Alfonso de Tornos y Zubiría
Mère Maria Antonia « von »[1] Steinhart
Conjoint Jean d’Orléans, comte de Paris
Enfants Gaston d'Orléans, dauphin de France
Antoinette d'Orléans
Louise-Marguerite d'Orléans
Joseph d'Orléans
Jacinthe d'Orléans
Résidence Domaine royal de Dreux

Philomena de Tornos y Steinhart, née le à Vienne (Autriche), d'ascendance hispano-autrichienne, est l'épouse de Jean d’Orléans, depuis 2019 comte de Paris, prétendant orléaniste au trône de France, chef de la maison d’Orléans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

María Philomena Magdalena Juliana Johanna de Tornos y Steinhart est née le 19 juin 1977 à Vienne[2]. La famille paternelle de Philomena de Tornos est espagnole et sa famille maternelle est autrichienne[3].

Fille aînée d'Alfonso de Tornos y Zubiría (1937-2013), fonctionnaire à l'Unesco, et de Maria Antonia « von »[1] Steinhart (1944), elle a une sœur, Maria Magdalena (1980), mariée à Jean d'Haussonville, directeur général de l'Epic du château de Chambord[4] et un frère, David (1982). Elle est la petite-fille de Juan de Tornos y Espelius (ancien chef du secrétariat personnel du comte de Barcelone, grand-père de l'actuel roi d'Espagne[5],[6]), fils posthume[7] de Juan Tornos y Cano-Manuel[8], agent de change et de bourse[9],[10] (et coureur cycliste amateur), et de son épouse[11],[12] María de los Ángeles Espelius y Anduaga, sœur de l'architecte espagnol José Espelius y Anduaga. Juan de Tornos y Espelius a épousé Maria del Carmen Zubiría y Calbetón, fille du marquis de Yanduri. Comme beaucoup de familles fortunées de l'époque, Juan Tornos y Cano-Manuel acheta un remplaçant pour ne pas effectuer le service militaire actif en payant 1 500 pesetas, qui lui furent restituées[13],[14] en 1889 à la demande de son grand-père Simeón Tornos. La famille Tornos n'est pas une famille noble[3], mais Philomena de Tornos y Steinhart épouse d'Orléans est apparentée[15] en ligne cognatique à des familles nobles, et elle est cousine germaine de João Domingos de Sousa e Holstein Beck (né en 1962), 3e baron de Teixeira (pt), arrière-arrière-petit-fils de la capétienne[16] Maria Luísa de Sousa Holstein, 3e duchesse de Palmela (pt).

Généalogie simplifiée

Scolarité[modifier | modifier le code]

Après le baccalauréat, Philomena de Tornos a étudié à Paris en Sorbonne, les langues et civilisations russe et germanique.

Elle parle couramment le français, l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien. Elle peut également s'exprimer en russe et en arabe.

Elle a travaillé cinq ans comme cadre dans une société industrielle française d’extraction de roches. Après son expérience professionnelle, elle décide de se dédier un temps à sa passion pour la mer et le grand large. Elle s’inscrit au Lycée maritime de Ciboure, au Pays basque, et passe le Certificat d’initiation nautique et le Capitaine 200.

Pendant une année elle mènera la vie des marins pêcheurs de Saint-Jean-de-Luz. Elle effectue ensuite plusieurs périples en Atlantique et en Méditerranée et suit plusieurs régates.

Mariage[modifier | modifier le code]

Le , le comte de Paris annonce les fiancailles[17] de son fils, le duc de Vendôme, avec Philomena de Tornos y Steinhart[18].

Le mariage civil est célébré le à 16 heures à la mairie du 7e arrondissement de Paris par Rachida Dati[19], maire et garde des Sceaux[20]. Le témoin du marié est son cousin, Charles-Louis d'Orléans, duc de Chartres, fils du duc d'Orléans, tandis que la mariée a choisi son frère, David de Tornos.

Leur mariage religieux célébré par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon a lieu en la cathédrale Notre-Dame de Senlis le . L'échange des consentements est reçu par Mgr Philippe Brizard. Les grandes orgues sont tenues par l'organiste Vincent Warnier[21]. La ville de Senlis a été choisie en raison du fait qu'Hugues Capet, fondateur de la dynastie capétienne, a été élu roi des Francs en 987 dans ses murs.

Le mariage se déroule en la présence du père du marié, le comte de Paris, et de son épouse Micaela, mais c'est sa tante, la princesse Marie-Christine de Liechtenstein, qui l'accompagne jusqu'à l'autel en raison de l'absence de sa mère, la duchesse de Montpensier, hospitalisée d'urgence la veille[22]. Il s'achève par la lecture de la bénédiction du pape Benoît XVI.

La cérémonie est suivie d'un vin d'honneur ouvert à tous. Plus tard dans la soirée, une réception privée se tient sur la pelouse de l'hippodrome face au château de Chantilly[23], ancienne propriété de la maison d'Orléans, léguée à l'Institut de France par le duc d'Aumale, frère des ancêtres de Jean d'Orléans. Près de 800 invités sont présents, parmi lesquels la garde des Sceaux, Rachida Dati, le ministre du Budget, Éric Woerth, le comédien Lorànt Deutsch, quelques écrivains dont Alain Decaux et Jean Raspail, Bernadette Chirac et Ernest-Antoine Seillière. Mais également de nombreuses « têtes couronnées » dont le prince Karim Agha Khan IV, le prince héritier Philippe de Belgique, duc de Brabant et son épouse la princesse Mathilde, l'infante Pilar d'Espagne, duchesse de Badajoz et sœur du roi d'Espagne, le grand-duc héritier Guillaume de Luxembourg, avec son oncle le prince Guillaume et son épouse la princesse Sibilla, le prince Laurent et son épouse la princesse Claire, Charles de Bourbon-Siciles, duc de Castro et son épouse Camilla, la princesse Astrid de Belgique et son époux l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este et enfin de Duarte de Bragance, duc de Bragance et son épouse Isabel. La robe de mariée de la duchesse de Vendôme a été confectionnée par Christian Lacroix[24], un diadème de turquoises et de diamants, appartenant à la famille de Tornos, rehaussait sa coiffure.

Depuis 2011, le couple habite à Dreux, près de la chapelle royale[25].

Enfants[modifier | modifier le code]

Jean et Philoména ont cinq enfants :

  1. Gaston[26] Louis Antoine Marie d'Orléans, né le à Paris (14e arrondissement)[27] et baptisé le 8 décembre en la basilique Sainte-Clotilde à Paris par le père Matthieu Rougé[28] ; il succède à son père au titre de courtoisie de dauphin de France le 21 janvier 2019.
  2. Antoinette Léopoldine Jeanne Marie d'Orléans, née le à Vienne (Autriche)[29] et baptisée le 11 février en la cathédrale Saint-Étienne de Vienne par le cardinal Christophe Schönborn[30] ;
  3. Louise-Marguerite Éléonore Marie d'Orléans, née le à Poissy (Yvelines)[31] et baptisée le 31 août en l'église Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir) par le père Jean-Marie Lioult[32] ;
  4. Joseph Gabriel David Marie d'Orléans, né le à Dreux (Eure-et-Loir)[33],[34],[35] et baptisé le 26 juin en l'église Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir) par le père Jean-Marie Lioult[36],[37] ;
  5. Jacinthe Élisabeth-Charlotte Marie d’Orléans, née le à Dreux (Eure-et-Loir)[38] et baptisée le 13 octobre en l'église Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir) par le père Christophe Besnier[39].

Titulature et décorations[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Les titres portés actuellement par les membres de la maison d’Orléans n’ont pas d’existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par le « chef de maison ».

  • 19 mars 2009 - 21 janvier 2019 : Son Altesse royale la duchesse de Vendôme, dauphine de France ;
  • 21 janvier 2019 – 2 février 2019 : Son Altesse royale la duchesse de Vendôme ;
  • depuis le 2 février 2019 : Son Altesse royale la comtesse de Paris[40]

Décorations dynastiques étrangères[modifier | modifier le code]

Drapeau du Royaume des Deux-Siciles Royaume des Deux-Siciles, branche des ducs de Castro
Ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges Bailli dame grand-croix de justice de l'ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges (nommée le 19 mars 2019 et reçue le 13 mai 2019)[41],[42]
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Ordre de Sainte-Isabelle Grand-croix honoraire de l'ordre de Sainte-Isabelle (nommée le 27 octobre 2012 et reçue le 6 novembre 2012)[43],[44],[45]

Ancêtres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c L'Adelsaufhebungsgesetz de 1919 (loi d’abolition de la noblesse) abolit la noblesse de même que tous les privilèges auxquels elle donnait accès et tous les titres et noms nobles en Autriche. Ainsi, aucun citoyen autrichien ne porte de titre de noblesse, ni même de particule telles que von (de) ou zu (en). Par exemple, le petit-fils du dernier empereur, l'archiduc Karl von Habsburg-Lothringen, est-il simplement né Karl Habsburg-Lothringen.
  2. Il est à préciser que Steinhart est le nom de jeune fille de la mère de Philomena de Tornos, tout Espagnol portant le double patronyme du père suivi de celui de la mère ; elle est donc Philomena de Tornos y Steinhart
  3. a b et c (ang) Ancestors of Philomena de Tornos y Steinhart, Hein Bruins, June 24th, 2013.
  4. Décret du 10 décembre 2009 portant nomination du directeur général, commissaire du domaine national de Chambord - M. d'Haussonville (Jean)
  5. Angelfire.com
  6. Angelfire.com
  7. http://hemerotecadigital.bne.es/issue.vm?id=0001455279&page=5
  8. Ses parents, Estanislao Tornos et Carmen Cano Manuel (fille de José Cano Manuel, président de chambre de l'Audience de La Havane (es) depuis 1862, né en 1802 à Grenade), se sont mariés (en l'église Saint-Martin de Madrid (es)) le 16 juillet 1865 : La Iberia (es) du 18 juillet 1865, lire en ligne. José Cano Manuel était un des fils de Vicente Cano Manuel Ramírez de Arellano (es) (qui fut ministre de la Justice de 1821 à 1822, sous le règne de Ferdinand VII). La famille Cano Manuel est originaire de Chinchilla de Monte-Aragón.
  9. http://hemerotecadigital.bne.es/issue.vm?id=0000869163&page=4
  10. http://hemerotecadigital.bne.es/issue.vm?id=0026914706&page=698
  11. http://hemerotecadigital.bne.es/issue.vm?id=0002353137&page=3
  12. http://hemerotecadigital.bne.es/issue.vm?id=0000637073&page=3
  13. http://www.bibliotecavirtualdefensa.es/BVMDefensa/i18n/catalogo_imagenes/grupo.cmd?path=2465
  14. http://www.bibliotecavirtualmadrid.org/bvmadrid_publicacion/i18n/catalogo_imagenes/grupo.cmd?path=1151659
  15. Boletín de la Real Academia Matritense de Heráldica y Genealogía, 2e trimestre 2009, p. 13-20 : lire en ligne
  16. Maria Luísa de Sousa Holstein (1841-1909) était descendante directe d'un fils illégitime du roi Alphonse III de Portugal.
  17. Annonce des fiançailles de Jean d'Orléans sur le site Gotha.fr de Stéphane Bern
  18. Gens de France
  19. Voir : Jacques Trémolet de Villers, article « Le mariage civil du Prince Jean », dans le cadre de la « Chronique de la France qui vient », 25 mars 2009, Présent no 6807. Selon Jacques Trémolet de Villers, Rachida Dati aurait justifié le fait de ne pas avoir délégué la célébration du mariage à un de ses adjoints en ces termes : « À la réflexion, j’ai trouvé qu’il était normal que, ma fonction de garde des Sceaux m’ayant conduite à demeurer place Vendôme, je sois aussi amenée à célébrer le mariage du duc et de celle qui va devenir la duchesse de Vendôme. »
  20. On peut lire le discours que Rachida Dati a prononcé à l'occasion de ce mariage civil : http://www.france-catholique.fr/IMG/pdf/discoursdati.pdf
  21. Livret de messe.
  22. « Le gotha européen présent au mariage de Jean d'Orléans » sur le site officiel de RTL,
  23. La Restauration Nationale « Copie archivée » (version du 9 mai 2009 sur l'Internet Archive)
  24. Le Parisien, 30 avril 2009.
  25. Jean et Philomena d'Orléans : « Nos enfants seront libres de leurs choix », Gala, 1er octobre 2013
  26. Plusieurs princes des maisons de France et d'Orléans ont porté ce prénom par le passé : le frère cadet de Louis XIII, Gaston de France (1608-1660) ou encore Gaston d'Orléans (1842-1922), comte d'Eu
  27. Le prince Gaston de France
  28. Le baptême du prince Gaston
  29. Naissance de la princesse Antoinette
  30. Les premières photos du baptême de la princesse Antoinette
  31. Naissance de la princesse Louise-Marguerite
  32. La princesse Louise-Marguerite d'Orléans a été baptisée à Dreux, L'Écho républicain, 01-09-2014
  33. Naissance du prince Joseph
  34. « 4e naissance chez le duc et la duchesse de Vendôme », sur http://princejeandefrance.fr, (consulté le 2 juin 2016)
  35. « Compte twitter officiel du comte de Paris et duc de France », sur twitter.com, (consulté le 2 juin 2016)
  36. Le petit prince Joseph de France baptisé ce matin à Dreux
  37. Le petit prince Joseph baptisé par l'abbé Jean-Marie Lioult à Dreux, L'Écho républicain, 26-06-2016
  38. Naissance de la princesse Jacinthe, Noblesse et Royautés, 10 octobre 2018.
  39. [1]
  40. « Visite d'Etat à Amboise », sur Le comte de Paris, (consulté le 2 mai 2019)
  41. « Le comte et la comtesse de Paris reçu dans l'ordre de Constantinien », sur Le blog de La Couronne, (consulté le 21 mai 2019)
  42. François Billaut, « Messe de l'ordre constantinien de Saint-Georges, nouvelles dames et chevaliers... », Point de Vue,‎
  43. (en) John James, comte de Tara, Almanach de Gotha, édition 2019
  44. « Prince Jean de France - La princesse Philomena reçue dans l'Ordre Royal de Sainte Isabelle », sur princejeandefrance.fr (consulté le 21 mars 2019)
  45. « La duchesse de Vendôme reçue dans l'Ordre royal de sainte Isabelle », sur Noblesse & Royautés, (consulté le 21 mars 2019)