Philippe de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Philippe de Toulouse
Titre
Duchesse consort d'Aquitaine

(24 ans)
Prédécesseur Ermengarde d'Anjou
Successeur Aénor de Châtellerault
Biographie
Dynastie Maison de Toulouse
Date de naissance vers 1073
Date de décès
Lieu de décès Abbaye de Fontevraud
Père Guillaume IV de Toulouse
Mère Emma de Mortain
Conjoint Guillaume IX d'Aquitaine
Enfants Guillaume X
Raymond de Poitiers
Agnès de Poitiers

Philippe (ou Philippie[1], ou Mathilde[2], ou Philippia[3], ou Philippa[4] de Toulouse), en occitan Filipà de Tolosa[5], née vers 1073[6] et morte en 1118[7], est une duchesse d’Aquitaine par mariage, jeune veuve de Sanche-Ramire d'Aragon[8], ayant épousé le duc Guillaume IX le Troubadour[9]. Elle était fille de Guillaume IV[10], comte de Toulouse et d’Emma de Mortain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son grand-père, le comte Pons de Toulouse avait indiqué dans son testament que si son fils aîné Guillaume décédait sans fils, le comté de Toulouse et ses autres biens reviendraient à son fils cadet Raymond de Saint-Gilles. C’est ce qui arrive en 1094, quand Guillaume meurt au cours d’un pèlerinage en Terre Sainte. Selon Alfred Richard, le principe de loi salique ne s'appliquant pas en Languedoc[11], Philippie est virtuellement l'héritière du comté de Toulouse, Raymond de Saint Gilles n'en est que le gestionnaire et non l'héritier légitime[12].

Jeune veuve de Sanche-Ramire d'Aragon, qui vient de mourir le 6 juillet 1094 au siège d'Huesca[13], elle épouse peu après Guillaume IX (v. 1070-1126[14]), duc d’Aquitaine, de Gascogne et comte de Poitiers. C'est une union politique. Guillaume d'Aquitaine entend bien faire valoir les droits de Philippa et ajouter à son duché le prospère comté de Toulouse, que le comte de Toulouse a simplement confié à son frère Raymond avant de partir mourir en Terre Sainte[15]. De ce mariage sont nés :

En 1098, Guillaume profite de l'éloignement de Raymond de Saint-Gilles et des imprudences de son fils Bertrand pour occuper le comté de Toulouse, qu'il revendique au nom de sa femme, mais Bertrand profite du départ en croisade de ce dernier pour reprendre Toulouse. Guillaume tente de prendre encore Toulouse de 1113 à 1119, profitant de la jeunesse d’Alphonse Jourdain, sans plus de succès durable.

En 1114[18], Guillaume le Troubadour s'éprend d' Amauberge, dite Dangereuse, de l'Isle-Bouchard, épouse d’un de ses vassaux, Aymeric Ier, vicomte de Châtellerault, et répudie Philippe qui se retire, en 1115, à l'abbaye de Fontevraud. Elle y meurt en 1118[19]. Guillaume, excommunié par le pape, ne pourra pas épouser sa maîtresse pour autant, car celle-ci reste mariée. Les droits de Philippe sur le comté de Toulouse ne sont cependant pas oubliés, car sa petite-fille Aliénor, reine de France par son mariage avec Louis VII tenta par la suite d'en faire la conquête en 1141. Le second mari d'Aliénor, Henri II Plantagenêt, et leur fils Richard Cœur de Lion tentent également d'annexer le comté de Toulouse.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Richard: Histoire des comtes de Poitou, 778-1204, Ed. Picard et fils, 1903, t. 1, p.404, note 2.
  2. "Il était de mode à partir du Xe siècle de donner de tels surnoms aux jeunes filles". Mathilde était le nom de baptême, Philippia un surnom. (Voir aussi Dangerosa): Christian Settipani: La noblesse du Midi carolingien, études sur quelques grandes familles d'Aquitaine et du Languedoc du IXe au XIe siècles. Ed. Linacre College, P&G, Oxford, 2004, p. 274, note 1.
  3. Christian Settipani op.cit. p. 274 et Alfred Richard: op.cit. p. 404, note 2.
  4. Jean Flori: op.cit.
  5. « Généalogie (occitan) », sur Les voies d'Aliénor (consulté le ).
  6. Alfred Richard, op.cit. p. 404.
  7. Jean Flori: op.cit., p. 36.
  8. Jean-Charles Payen: Le prince d'Aquitaine, Essai sur Guillaume IX, son œuvre et son érotique, Ed. Honoré Champion, Essais, Paris, 1980, p.38.
  9. Guillaume IX d’Aquitaine.
  10. Guillaume IV de Toulouse.
  11. Alfred Richard: op.cit., p. 428.
  12. Jean-Charles Payen, op.cit., p. 38.
  13. ean-Charles Payen, op.cit. p. 38.
  14. Alfred Richard, op.cit. et Jean Flori, op.cit.
  15. Jean Flori: op.cit., p. 33.
  16. Charles Cawley sur fmg.ac/projects/MedLands/AQUITAINE.
  17. Jean-Philippe Collet: Le combat politique des Plantagenêt en Aquitaine: l'exemple des vicomtes de Thouars (1158-1199), Civilisation médiévale, 11, 2001, p. 142, sur persee.fr.
  18. Jean Flori: Aliénor d'Aquitaine, la reine insoumise, biographie Payot, Payot, 2004, p. 36.
  19. Jean Flori, op.cit.