Philippe Vayringe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Vayringe
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Philippe Vayringe (né à Nouillonpont dans le Duché de Lorraine le et mort à Florence le [1]) est issu d'une famille paysanne pauvre. Il apprend à lire et à écrire dans une école meusienne.

D'abord serrurier à Nancy, il apprend l'art du fer forgé et l'horlogerie puis travaille à l'Hôtel de la Monnaie de Nancy sous la direction du célèbre médailler Ferdinand de Saint-Urbain.

Il apporte au duc de Lorraine Léopold une série d'outils scientifiques qu'il a créés et qui font de lui l'horloger et le machiniste du duc. Celui-ci l'envoie en Angleterre en 1721, où il apprend l'algèbre et la géométrie.

Il revient en France, où il est nommé en 1731 professeur de physique expérimentale à l'Académie de Lunéville. Il enseigne notamment les trois lois du mouvement de Newton.

Vayringe part avec son maître François III de Lorraine lorsqu’il reçoit la Toscane en 1737. Il y meurt neuf ans plus tard, en 1746.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Manuscrit numérisé des Bibliothèques de Nancy, Ms. 1355 : Vayringe, Philippe (1684-1746), Cours de phisique experimentale. Cours de philosophie mécanique et expérimentale, 1730/1740 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]