Philippe Smaldone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le christianisme image illustrant un saint catholique
image illustrant une personnalité image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant le christianisme, un saint catholique et une personnalité italienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Philippe Smaldone
Image illustrative de l'article Philippe Smaldone
Saint
Naissance 27 juillet 1848 à Naples
Décès 4 juin 1923 à Lecce 
Vénéré à église Sainte Marie Mère de Dieu, de Lecce
Béatification 12 mai 1996 par Jean-Paul II, à Rome
Canonisation 15 octobre 2006 par Benoît XVI, à Rome
Fête 4 juin

Philippe Smaldone (Naples, 27 juillet 1848 - Lecce, 4 juin 1923) est un prêtre italien qui s’est illustré dans l’apostolat auprès des sourds-muets. Il est fondateur des salésiennes des Sacrés-Cœurs vouées à cet apostolat et reconnu comme Saint par l'Église catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Smaldone naît dans le Royaume des Deux-Siciles, quelques années avant que ce dernier soit absorbé par le nouveau royaume d'Italie issu de l'unité italienne, ce qui s'accompagne de persécutions envers l'Église, considérée comme un pouvoir opposé à l'unification de l'Italie. Sa réaction à cette persécution est l'envie de devenir prêtre lui-même. Il se dévouera au service des sourds dans le midi de l'Italie (semblable en cela à l'intuition de Marie-Thérèse Scherrer en Suisse), ce qui pallie les faiblesses de l'organisation sociale de cette époque.

Attention aux sourds-muets[modifier | modifier le code]

Dès ses études en théologie, il s'occupe des sourds-muets dans la ville et la région de Naples. Il est transféré à Rossano Calabro, et visite les pauvres et les malades des alentours, au point de tomber lui-même malade, et dit-on, d'être guéri par intercession de la Madone de Pompéi. Revenu à Naples, ordonné prêtre le 27 mars 1871, il rend des services dans l'enseignement religieux des enfants autour des chapelles de plusieurs paroisses, surtout de S. Caterina al Foro Magno.

En 1885, avec l'aide de don Lorenzo Alpicella, il fonde à Lecce l'institut pour les sourds-muets qui prendra plus tard son nom. Il se laisse entourer par des femmes dévouées qui seront le noyau de la congrégation qu'il fondera, dans la ligne de l'inspiration de saint François de Sales.

Devant l'affluence des enfants qui lui sont confiés, il fonde deux autres maisons, à Rome et à Bari.

Spiritualité[modifier | modifier le code]

Marqué par son temps de mouvements politiques forts, il a une spiritualité sacerdotale intense et solide, spécialement dans la prière et la pénitence. Il fonde la ligue eucharistique des Prêtres adorateurs et des Dames adoratrices.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]