Philippe Rochot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rochot.
image illustrant un journaliste image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un journaliste français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Philippe Rochot est un journaliste français né à Dijon en . Il est diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille et lauréat du prix Albert-Londres pour l’ensemble de ses reportages au Liban (1986)[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Philippe Rochot a couvert pour la radio (France Inter) et la télévision (Antenne 2 puis France 2) une grande partie des événements majeurs de ces quatre dernières décennies : guerre du Kippour, débarquement turc à Chypre (1974), guerre civile du Liban, de 1975 à 1986[1]. Il a couvert pour Antenne 2 la révolution iranienne (1979) la guerre Iran-Irak (1983-1986), le conflit en Afghanistan durant l’occupation soviétique (1980) la prise du pouvoir par les talibans (1996) et la traque de Ben Laden après les Attentats du 11 septembre 2001.

Il a commencé sa carrière au Moyen-Orient en 1970 en Arabie saoudite, où il était chargé des émissions en langue française. Il a été successivement correspondant pour la radio et la télévision française, à Rome (1972-1973), Beyrouth (1973-1977), Bonn et Berlin (1987-1992) où il a notamment couvert la chute du mur, le 9 novembre 1989. Il a été correspondant de France 2 en Asie, basé à Pékin, de 2000 à 2006.

Il a été capturé par un groupe terroriste, l'OJR (Organisation de la Justice Révolutionnaire) à Beyrouth le avec son équipe de reportage (Jean-Louis Normandin, Georges Hansen, Aurel Cornea) alors qu’il tentait d’expliquer les circonstances de la mort du chercheur Michel Seurat, otage à Beyrouth, dont les ravisseurs avaient annoncé l’exécution. Il restera détenu durant 105 jours.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Philippe Rochot a réalisé plusieurs centaines de reportages pour le journal télévisé mais aussi des magazines et documentaires pour « Envoyé spécial », « Géopolis » ou « un œil sur la planète ». On peut retenir:

  • Arabie: Dieu pétrole et roi soleil.
  • Vietnam: la paix des rizières.
  • Allemagne: nos amitiés particulières.
  • L'autre mur: (partage d'un village de la frontière inter-allemande.)
  • Afghanistan: les chemins de Kaboul.
  • Du charbon pour Kaboul.
  • Somalie: voyage au bout de la faim.
  • Le prix d'un Nobel: portrait de Georges Charpak.
  • Israël: les sentinelles de la foi.
  • La mort pour Yitzhak Rabin.
  • Avoir vingt ans en Israël.
  • Bataille pour l'eau en Mésopotamie.
  • Asie: Laos l'an 2000 quand même.
  • Chine : la maladie des six amours : au royaume de l'enfant unique
  • Tibet: l'enfance des guides.
  • Mongolie: entre faucille et marteau.
  • Alpes : vivre sans glaciers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Rochot, La grande fièvre du monde musulman, Le Sycomore, , 215 p. (ISBN 2862620998)
  • Philippe Rochot, Vivre avec les Chinois, L'Archipel, , 258 p. (ISBN 2809800510)
  • Philippe Rochot, Dans l’Islam des révoltes, Balland, coll. « Document », , 283 p. (ISBN 2353150721)
  • Philippe Rochot, "Reportages pour mémoire": 40 ans de journalisme de l'Arabie à la Chine. Editions Erick Bonnier.(livre de cent photos dont il est l'auteur)

Expositions de Photographies:

1996/1997: "Reportages pour mémoire" (FNACs de France)

2011: sept: "Mes 40 ans de reportage": Festival de Valbonne, Conseil régional Nice et Toulon.

2013, nov: "Mes 40 ans de reportage": usine Springcourt, Paris-Belleville.

2014, oct. "Reportages pour mémoire" - Ecole Supérieure de Journalisme de Lille

2016 de juillet à septembre: Promenades photographques de Bendôme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Philippe Rochot », grands-reporters.com (consulté le 7 juillet 2010)