Philippe Ramette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramette.
Philippe Ramette
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Œuvres principales

Philippe Ramette, né en 1961 à Auxerre, est un artiste et un plasticien français. Il vit et travaille à Paris.

Démarche plasticienne[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

C'est avec la crucifixion de sa mobylette à la villa Arson à Nice que s'arrêtent les années de peinture de Philippe Ramette, et que commence son parcours[style à revoir] de plasticien.[réf. nécessaire]

Sculpteur avant tout[interprétation personnelle], il suit les enseignements de Noël Dolla et crée des objets plus pour le processus de réflexion qu'ils engagent que pour leur utilisation quotidienne[interprétation personnelle][réf. nécessaire]. Il produit des œuvres comme Point de vue (installation, 1989) où il s'agit « d'imaginer ce qu'on pourrait voir »[réf. nécessaire]. Il décide ensuite de mettre en scène ses sculptures dans des photographies. Sa pratique joue le plus souvent sur l’imaginaire, le détournement de sens et les modifications de la perception. Ses œuvres témoignent d’un sens aigu de la démonstration par l’absurde. L’humour se teinte souvent d'autodérision c'est pourquoi il est le premier bénéficiaire de ses instruments, accessoires ou encore prothèses. Presque toutes ses œuvres traitent du souvenir, de la mémoire commune, d'un temps révolu mais familier. On peut le voir par le mode artisanal de production ou encore l'aspect patiné, ce sont tous ces éléments qui l'éloignent du neuf, du présent. C'est pourquoi il y a autant d'humour que de mélancolie.[interprétation personnelle]

Philippe Ramette se met lui-même en scène dans son costume noir, il compose l'image d'un paysage dont il fera partie de façon extravagante, et visuellement étonnante ou renversante (au sens littéral). Ces photographies ne subissent aucune retouche ou montage, car l'artiste cherche avant tout à garder le contact avec son travail de sculpteur.[interprétation personnelle]

L'homme selon Philippe Ramette rappelle les planches de l'iconographie classique: il se présente appareillé, toujours muni d'attributs, qui en symbolisent l'histoire et le destin.

Critique[modifier | modifier le code]

« L'Homme de Ramette est moral, se sait faible et mortel, connaît les illusions communes et s'attache à corriger certains de ses défauts innés. Il peut ainsi se redresser ou s'incliner selon qu'il lui faille marquer le dignité ou l'humilité. Il porte sa propre prison et dispose d'une potence domestique. Il peut s'isoler en enfermant sa tête dans un boîte "Ad Hoc", il sait aussi manipuler le vide, voir le monde en détail et regarder le chemin parcouru. Il réfléchit, juché sur des échasses. Il sait même se voir regarder et, s'il veut voyager dans le temps ou se faire foudroyer, c'est sans quitter son fauteuil. Philippe Ramette doit être d'abord reconnu comme inventeur d'utilité publique »[1].

Expositions personnelles récentes[modifier | modifier le code]

  • 2014 :
    • Micro-climats 2014: Philippe Ramette, Parc culturel de Rentilly, France (22 juin - 14 septembre)
    • Philippe Ramette : "Eloge de la contemplation", Vitrines sur l'Art aux Galeries
    • Lafayette, Coupole des Galerie Lafayette, Paris, France (7-30 juillet)
    • Vues en ville III, Parcours photographique de Philippe Ramette, Place Napoléon, La Roche-sur-Yon, France (13 juin - 21 septembre)
    • Sens dessus-dessous : Installation de Philippe Ramette, Institut Français, Iași, Roumanie (10 avril – 10 mai)

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2012 :
    • Tackle climate change : use wood, Parlement Européen, Bruxelles, Belgique
    • Art et Nature, Jardin du Hauvel, Saint Hymer, France
  • 2013 :
    • La Tyrannie des Objets, commissaire Alexandra Fau, La Galerie des Galeries, Paris, France (16 octobre 2014 -14 janvier 2014)
    • Egarements, quelques jalons... Château d'Avignon en Camargue, Saintes-Maries-de-la-Mer, France (15 juin - 20 octobre)
    • Awakening, Aichi Triennale, Nagoya, Japon (10 août - 27 octobre)
    • Réalisation d’une installation pour l’exposition de Noel Dolla « Entrée libre, mais non obligatoire », Villa Arson, Nice, France (30 juin-21 octobre)
    • Crossing media – der Kunst die Bühne, International Art, Media and Photo Triennial Esslingen 2013, Villa Merkel, Esslingen am Neckar, Allemagne (18 juillet - 6 octobre)
    • L’eau et les rêves, dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste, Abbaye de Jumièges, France (25 avril – 31 octobre)
    • Capitale(s), Galerie Gourvennec Ogor, Marseille, France (11 janvier - 15 mars)
    • Ricochet, Galerie Municipale Jean Collet, Vitry sur Seine, France (12 janvier - 10 mars)
  • 2014 :
    • Sèvres Outdoors 2014, Cité de la Céramique, Sèvres, France (30 juin - 21 septembre)
    • Absurde, vous avez dit absurde ?, Galerie des Filles du Calvaire, Paris, France (3 juillet - 2 août)
    • 10 ans d'Espace A VENDRE !, Galerie Espace à vendre, Nice, France (19 avril – 31 mai)

Collections publiques détenant ses œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Entretien avec Sylvie Couderc : « Le fini infini de Philippe Ramette », Espace d’anticipation, catalogue d’exposition, musée de Picardie, Amiens, 2006
  • Philippe Ramette, Portfolio, Paris, France, galerie Xippas, 2005
  • Christian Bernard, Jean-Yves Jouannais, Morgane Rousseau, Philippe Ramette, catalogue rationnel Paris, CNAP (Fiacre), galerie Xippas, Paris, France, 2004
  • Julie Mahieux, Philippe Ramette, Les 101 clochers, catalogue d'exposition, galerie Gérard Boudin, Rouen, France, 2002
  • Cyril Jarton, Philippe Ramette, Saint-Fons, Centre d'arts plastiques, France, 1998
  • Nathalie Ergino, Jean-Yves Jouannais, Philippe Ramette, Frac Champagne-Ardenne, Reims et espace Jules Verne, Brétigny-sur-Orge, France, 1995
  • Christian Bernard, Philippe Ramette, Lumineux objets du désir, Nice, galerie Art:Concept, Villa Arson, France, 1991

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]