Philippe Pujol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Pujol
Image dans Infobox.
Philippe Pujol en mars 2016
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Parentèle
Yvan Benedetti (cousin)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Philippe Pujol, né le à Paris, est un journaliste et écrivain français, lauréat du prix Albert-Londres en 2014 pour sa série d’articles « Quartiers shit » sur les quartiers nord de Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Pujol passe sa jeunesse à Marseille où ses parents s’installent en 1977[1].

Il obtient une maîtrise de biologie, devient ingénieur en informatique et suit enfin un master de journalisme scientifique de l’École de journalisme et de communication de Marseille, ce qui le conduit au quotidien La Marseillaise pour un stage de journaliste localier en 2003. L’année suivante, il accepte de travailler pour la rubrique fait divers[2].

Philippe Pujol obtient le 76e prix Albert-Londres du grand reportage de presse écrite en 2014 pour sa série d'articles « Quartiers shit » sur les quartiers nord de Marseille[2]. La même année, il quitte La Marseillaise à la suite d'un licenciement économique, conséquence du dépôt de bilan du journal[2],[3].

En 2017, il publie le livre Mon cousin le fasciste, consacré à son cousin le militant d'extrême droite Yvan Benedetti[4].

Il fait partie du comité éditorial de Disclose[5].

Philippe Pujol vit et travaille à Marseille.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Péril sur la ville, Arte France, Maximal Productions, 2019, 56 min[11].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 3e Prix Varenne en 2010 pour un article sur les Roms l’exploitation de la misère par la misère[1].
  • Prix Varenne PQR 2012 pour sa série French deconnection, publiée dans La Marseillaise entre juillet et aout 2012.
  • Prix Albert-Londres en 2014 pour sa série d'articles « Quartiers shit » sur les quartiers nord de Marseille[2],[12].
  • Prix ESJ-Paris en 2017 pour La Fabrique du Monstre
  • Mention spéciale ASBU du PriMed 2018[13] pour le documentaire Marseille, ils ont tué mon fils[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rencontre avec Philippe Pujol, journaliste primé et... chômeur, Corse-Matin, 16 novembre 2014
  2. a b c et d Aliette de Laleu, « Philippe Pujol, du fait-divers au prix Albert Londres », Les Inrocks, 1er septembre 2014.
  3. Olivier Bertrand, « De crise en crise, les moyens se sont terriblement réduits », Libération, 18 novembre 2014.
  4. Yvan Benedetti, «mon cousin le fasciste», Libération, 16 janvier 2017
  5. Aude Carasco, « Disclose, un nouveau média d’investigation financé par les dons », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  6. « Editions Wildproject », sur www.wildproject.org (consulté le )
  7. « La Fabrique du monstre », sur les arènes (consulté le )
  8. « Marseillais du Nord I Gilles Favier & Philippe Pujol », sur Le Bec en l'air (consulté le )
  9. « Mon cousin le fasciste, Philippe Pujol, Documents - Seuil », sur www.seuil.com (consulté le )
  10. Philippe Pujol, « Marseille, 2040 de Philippe Pujol - Editions Flammarion », sur editions.flammarion.com (consulté le )
  11. « Péril sur la ville », sur Scam.fr (consulté le )
  12. « Albert Londres : des journalistes de « La Marseillaise » et d'« Envoyé spécial » primés », sur lemonde.fr, (consulté le )
  13. « Le PriMed 2018, la 22ème édition du festival de la Méditerranée en images », sur PriMed, (consulté le )
  14. « Marseille, ils ont tué mon fils » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]