Philippe Priol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Priol
Image dans Infobox.
Philippe Priol en 2007.
Biographie
Naissance
(70 ans)
Rouen
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Philippe Priol est un écrivain français né à Rouen en 1952.

Il est notamment l'auteur de la biographies du sénateur-maire de Rouen Jean Lecanuet, du peintre Roger Tolmer et du dramaturge Pierre Corneille[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Philippe Priol est né d'un père travaillant dans la presse[2]. Il est d'origine bretonne[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Philippe Priol fréquente le lycée Corneille de 1958 à 1970[N 1] et la Faculté des Lettres de l'Université de Rouen de 1970 à 1976. Germaniste de formation[5], il est l'auteur d'un mémoire sur Elias Canetti et sur le Baroque allemand. Sa préparation à l'agrégation en 1975 et ses nombreux séjours en Allemagne de 1966 à 1984, grâce à des attaches familiales du côté maternel, lui procurent un ancrage profond dans l'univers de la culture allemande, sa philosophie, son histoire, sa littérature, son théâtre, son économie et sa géographie politique. Evoluant dans un milieu intellectuel et cultivé, il découvre avec le plus grand intérêt toutes les subtilités de l'art lyrique et de la vie musicale allemande. C'est alors, âgé de quinze ans, qu'il assiste à la représentation du Cavalier à la Rose de Richard Strauss au théâtre de Kassel, ainsi qu'à celle des Walkyries de Richard Wagner. Sa première émotion artistique remonte à l'année 1962, lorsqu'à l'âge de dix ans, son père lui fait découvrir le Musée des Beaux-Arts de Rouen à l'occasion d'une exposition consacrée au peintre Géricault.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Philippe Priol entre au cabinet de Jean Lecanuet, au début de la décentralisation, comme conseiller culturel de celui-ci de 1982 à 1993[6],[7],[8],[9],[N 2]. Il est chargé à ce titre des discours de Jean Lecanuet et des affaires culturelles[7].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Philippe Priol est un historien biographe[11],[12],[13],[14], poète[15],[16],[2], essayiste, écrivain rouennais[17].

En , il publie son premier ouvrage intitulé « Les Séraphides »[18].

Il publie en 1989 son ouvrage « Ode à Gaïa », illustré par Tolmer[19].

Évènementiel[modifier | modifier le code]

Philippe Priol contribue à la création d'évènements culturels tels que les manifestations du neuvième centenaire de la mort de Guillaume le Conquérant (1987), des Voiles de la liberté (1989), de l'hommage à Jacques-Guillaume Thouret (1990), du quatrième centenaire de la naissance de Pierre Corneille (2006) et du centenaire du peintre Roger Tolmer (2008).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Caméléon, « Alexandre Le Breton des Chapelles, Enfant perdu de la République », Fauves éditions, 2020 (ISBN 979-10-302-0324-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est président de l'association des anciens élèves du Lycée Corneille à la fin des années 2000[4].
  2. Contrairement à ce qu'affirme Warren Wanner, il ne fut pas conseiller culturel de Jean Lecanuet à la mairie de Rouen mais au Conseil général[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Priol sur le site de l'Agence régionale du livre.
  2. a et b « Philippe Priol : « Les Séraphides et Anamnèse » », Liberté-Dimanche,‎ , p. 5 (ISSN 2275-2242).
  3. A.C Bruneval, « Les « Séraphides » de Philippe Priol : Pour donner de l'épaisseur à notre condition d'homme », Paris-Normandie, Dieppe,‎ .
  4. C.H., « Un Thomas comédien », Paris-Normandie, Rouen,‎ (ISSN 0999-2154).
  5. Maurice Morisset, « L'homme est quelqu'un qui se souvient », Les Affiches de Normandie,‎ , p. 23 (ISSN 1145-8488, SUDOC 039898717).
  6. « Samedi, Philippe Priol auteur de « Les Séraphides » suivi de « Anamnèse » », Les Informations dieppoises, Dieppe,‎ , p. 5 (ISSN 1260-5085).
  7. a b et c « Enfance et devenir de Jean Lecanuet », Le Courrier Cauchois, Yvetot,‎ , p. 29 (ISSN 0996-1658).
  8. Jean Lecanuet ou la passion du centre., Éditions Beauchesne, , 84 p. (ISBN 2-7010-1498-0 et 978-2-7010-1498-2, OCLC 78711766, lire en ligne), « Sommaire », p. 5.
  9. Stéphane Khemis (dir.), « Jean Lecanuet, le vol de l'albatros », L'Histoire, Paris,‎ , p. 86 (ISSN 0182-2411).
  10. Warren Wanner, Jean Lecanuet, maire de Rouen : un homme d'État en son territoire (1953-1993), Rouen, Books on Demand, , 576 p. (ISBN 2-322-37757-0 et 978-2-322-37757-2, OCLC 1286146769, lire en ligne), p. 281.
  11. Henri Le Guen-Kâpras, La porcelaine de l'aveu, Paris, Éditions L'Harmattan, , 110 p., 22 cm (ISBN 978-2-343-18120-2 et 2-343-18120-9, OCLC 1129781695), p. 6.
  12. François Kersaudy, « L'étonnant parcours du roi Jean », Historia, no 652,‎ , p. 90 (ISSN 1270-0835).
  13. O.C., « Sur les pas de Gide, le Rouennais », Paris-Normandie, no 4030,‎ , p. 14 (lire en ligne Accès payant).
  14. Warren Wanner, Jean Lecanuet, maire de Rouen : un homme d'État en son territoire (1953-1993), Rouen, Books on Demand, , 576 p. (ISBN 2-322-37757-0 et 978-2-322-37757-2, OCLC 1286146769, lire en ligne), p. 27.
  15. Maurice Morisset, « Philippe Priol récrie « Gaia » », Les Affiches de Normandie, no 4899,‎ , p. 3 (ISSN 1145-8488, SUDOC 039898717).
  16. Roger Balavoine (photogr. Claude Laffon), « Philippe Priol publie « Les Séraphides » : « il faut toujours essayer de comprendre... » », Paris-Normandie,‎ .
  17. Gilles Delesque, Un Été Hollandais, , 122 p. (ISBN 9781326455569, lire en ligne), chap. 5, p. 17.
  18. « La première signature de Philippe Priol », Paris-Normandie,‎ , p. 4.
  19. « Ode à Gaïa un texte de Philippe Priol et des aquarelles de Tolmer », Paris-Normandie,‎ , p. 3 (ISSN 0999-2154).
  20. L.P., « Dignité du vertige », L'Affiche culturelle de Haute-Normandie, no 125,‎ , p. 36 (ISSN 0760-565X).

Liens externes[modifier | modifier le code]