Philippe Plantagenêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Plantagenêt
Philippe de Clarence
Titre 5e comtesse d'Ulster
(1368 – 1382)
Autre titre  
Biographie
Dynastie Plantagenêt
Naissance 16 août 1355
Palais d'Eltham (en)
Décès 5 janvier 1382
Cork, Irlande
Père Lionel d'Anvers, 1er duc de Clarence
Mère Élisabeth de Burgh, 4e comtesse d'Ulster
Conjoint Edmond Mortimer, 3e comte de March
Enfants Elisabeth, Roger, Philippe et Edmond

Lionel of Antwerp Arms.svg

Philippe[1] Plantagenêt ou Philippe de Clarence (16 août 1355 Palais d'Eltham (en)5 janvier 1382 Cork, Irlande) est la cinquième comtesse d'Ulster. Elle est l'unique enfant de Lionel d'Anvers, 1er duc de Clarence et d'Élisabeth de Burgh, 4e comtesse d'Ulster. Son père est le second fils d'Édouard III, roi d'Angleterre et de Philippe de Hainaut[2].

Vers 1368, elle épouse à l'abbaye de Reading[3] Edmond Mortimer, 3e comte de March, alliance qui fut lourde de conséquence dans l'histoire de l'Angleterre. Tant que son cousin germain Richard II de Bordeaux, roi d'Angleterre, n'avait pas d'enfants, Philippe est l'héritière présomptive de la Couronne. Après sa mort en 1382, ses droits passent à son fils Roger Mortimer. Quand Richard II renonça à la Couronne le 29 septembre 1399, l'héritier en droit était Edmond, dont le père était mort l'année précédente. Cependant le trône est usurpé par un autre cousin germain de Philippa et de Richard II, Henri de Bolingbroke, ce qui fut plus tard la cause de la Guerre des Deux-Roses. En raison de la primogéniture de leur lignée dans la succession d'Angleterre, ses descendants issus de la maison d'York réussirent à monter sur le trône, en la personne du roi Édouard IV.

Elle meurt le 5 janvier 1382 à Cork, probablement de fièvre, et est enterrée à l'abbaye de Wigmore.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Edmond Mortimer, elle eut :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe était la forme féminine du prénom, en France, jusqu'à la fin du XVIIe siècle. L'usage de la forme anglaise « Philippa » n'est venu qu'ultérieurement, de même que celui de la forme « Philippine ».
  2. Philippe de Clarence sur le site de la FMG
  3. Leese, Thelma Anna, Blood royal: Issue of the Kings and Queens of Medieval England, 1066-1399, (Heritage Books Inc., 2007), 91.