Philippe Pignarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Pignarre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Éditeur, historien, universitaire, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata

Philippe Pignarre (né en 1952) est un essayiste, éditeur et professeur français.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il a été chargé de cours sur les psychotropes à l'Université de Paris VIII. Philippe Pignarre est d'abord un spécialiste de l'histoire et de l'industrie du médicament.

Édition[modifier | modifier le code]

Fortuitement devenu éditeur, il est à l'origine d'une édition des essais en sciences humaines, psychiatrie et épistémologie. Il a été directeur de la communication des laboratoires Synthélabo au sein desquels il créa l'Institut Synthelabo pour le progrès et la connaissance (1990); cette initiative originale de mécénat éditorial rencontra un public grâce à la liberté de ton de la collection « Les empêcheurs de penser en rond ». Lorsqu'en 1999 Synthélabo fut racheté par Sanofi pour devenir le groupe Sanofi-Synthélabo, Philippe Pignarre fut licencié.

Étant parvenu à récupérer un fond qu'il avait constitué avec des collaborateurs aussi prestigieux qu'Isabelle Stengers, François Dagognet ou Bruno Latour, il fonda sa propre maison d'édition rattachée aux éditions du Seuil. À la suite de désaccords, il quitte Le Seuil en 2008. Toujours sous sa direction, Les empêcheurs de penser en rond sont désormais rattachée aux éditions La Découverte. Philippe Pignarre a également traduit plusieurs livres de l'anglais dont : Juan Cole, Bonaparte et la république française d'Egypte, La Découverte, 2014 ; Eric Cline, 1177 av. J.-C. Le jour où la civilisation s'est effondrée, La Découverte, 2015.

Politique[modifier | modifier le code]

Il est proche d'ATTAC, du NPA et des milieux altermondialistes. Il est un des fondateurs et animateurs de la Société Louise-Michel avec Daniel Bensaïd, Philippe Corcuff, Michael Löwy et Luc Boltanski.

Il a fait partie durant sept ans de la ligue communiste révolutionnaire durant les années soixante dix[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ces drôles de médicaments, Le Plessis Robinson, Les Empêcheurs de penser en rond, 1990
  • Les deux médecines: Médicaments, psychotropes et suggestion thérapeutique, Paris, La Découverte, 1995
  • Qu’est-ce qu’un médicament ? Un objet étrange, entre science, marché et société, Paris, La Découverte, 1997
  • Comment la dépression est devenue une épidémie, Paris, La Découverte, 2001.
  • Le Grand secret de l'industrie pharmaceutique, Paris, La Découverte, 2003.
  • La Sorcellerie capitaliste, avec Isabelle Stengers, Paris, La Découverte, 2005.
  • Les Malheurs des psys. Psychotropes et médicalisation du social, Paris, La Découverte, 2006.
  • Collaboration au Livre noir de la psychanalyse.
  • La cigale lacanienne et la fourmi pharmaceutique, Paris, EPEL, 2008.
  • Être anticapitaliste aujourd'hui. Les défis du NPA, Paris, La Découverte, 2009.

Articles sur Pignarre[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Levisalles, « De la fuite dans les idées », dans Libération, 11 juillet 2002.
  • Robert Maggiori, Jean-Baptiste Marongiu, « Les “Empêcheurs de penser en rond” empêchés. À la suite d'un article du Canard enchaîné, l'existence de cette collection est menacée (Philippe Pignarre, Ian Hacking) », dans Libération, 26 janvier 2000.
  • Emmanuel Poncet, « Taupe santé ; Philippe Pignarre, 54 ans, éditeur, créateur des Empêcheurs de penser en rond. Sa maison veut miner les dogmes de la médecine par une subversion soft », dans Libération, 2 février 2007.

Références[modifier | modifier le code]

  1. article de Libération sur Ph Pignarre Philippe Pignarre : l'agitateur du bocal par TESTARD-VAILLANT Philippe, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]