Philippe Massoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Massoni
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Préfet de police de Paris (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Philippe Massoni, né le et mort le à Paris, est un haut fonctionnaire et policier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Massoni et d'Innocence Ottavi, il est l'époux de Paule Lavaud-Chiappini. Ils ont un fils, Paul-Philippe, et une fille, Dominique[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Renseignements généraux[modifier | modifier le code]

Commissaire de police, il commence sa carrière aux Renseignements généraux dans la surveillance des milieux gauchistes. Il fait partie du dispositif d'encadrement de l'extrême gauche mis en place par le ministre de l'Intérieur Raymond Marcellin après mai 68. À la tête du groupe Direction, il a ainsi de nombreux contacts avec le SAC (Service d'action civique) de Charles Pasqua et Jacques Foccart. L'arrestation des dirigeants du groupe terroriste Action directe, en , est l'une de ses plus belles réussites à la tête du service.

Préfet de police de Paris[modifier | modifier le code]

Nommé préfet de police de Paris par Charles Pasqua le , Philippe Massoni demeure en poste, sous la gauche et la droite, jusqu'en 2001. Admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter du , il est chargé le 1er mars suivant d'assurer l'intérim jusqu'à la nomination de son successeur Jean-Paul Proust.

Proche conseiller de Jacques Chirac[modifier | modifier le code]

Conseiller spécial de Jacques Chirac pour les affaires de sécurité et de terrorisme, il est nommé secrétaire général du Conseil de sécurité intérieure (CSI) en 2002. Souvent en conflit, de manière feutrée, avec Nicolas Sarkozy, ce dernier met fin à ses fonctions par un décret publié au Journal officiel du 27 septembre 2007[2]. De 2002 à 2007, Philippe Massoni est aussi représentant personnel du président de la République auprès de la principauté d'Andorre.

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Philippe Massoni est franc-maçon et membre de la loge « Le Parthénon » de la Grande Loge de France. Il aurait accédé au 33e degré du Rite écossais ancien et accepté en 1997 [évasif][réf. nécessaire].

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Commandeur de la Légion d'honneur (décret du 13 mars 2000).

Hommages[modifier | modifier le code]

  • La 66e promotion de commissaires de police porte son nom (Cérémonie à l'Ecole Nationale Supérieure de la Police, le 18 juin 2015) [3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Philippe Massoni », whoswho.fr.
  2. J.O. n° 224 du 27 septembre 2007, page 15 800 texte n° 2
  3. « Baptême des commissaires : double hommage au Préfet Philippe MASSONI - Actualités - Ecole Nationale Supérieure de la Police », sur www.ensp.interieur.gouv.fr (consulté le 10 janvier 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B... comme barbouzes, Patrick Chairoff, éditions Alain Moreau, 1975, (p. 218 et 221).
  • Pascal Ceau, « Philippe Massoni », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « Philippe Massoni préfet jusqu'au bout », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « Philippe Massoni, préfet policier et nouvel homme fort de l'Elysée », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Un état dans l'état, le contre-pouvoir maçonnique, Sophie Coignard, éditions Albin Michel, 2009 (p. 129, 130 et 131).
  • Tonino Serafini, « «Le terrible Massoni» définitivement hors jeu », Libération,‎ (lire en ligne).
  • AFP, « Décès de l'ancien préfet de police Philippe Massoni », Le Point,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]