Philippe Martel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Martel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Directeur de thèse

Philippe Martel (né le à Paris) est un historien français, spécialiste de l'histoire de l'espace occitan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris d'une famille originaire des Alpes-de-Haute-Provence, il y effectue ses études secondaires et supérieures. Agrégé d'histoire (1974), il enseigne dans le secondaire à Aubervilliers, tout en poursuivant ses études supérieures. Il soutient une thèse de 3e cycle sur La croisade contre les Albigeois et ses historiens à l'EHESS (1980). Chargé de cours à l'Université de Paris VIII, il obtient un doctorat d'État en 1993, sous la direction de Maurice Agulhon (Les Félibres et leur temps. Renaissance d'oc et opinion, 1850-1914). Il intègre le CNRS et termine sa carrière au département d'occitan de l'Université de Montpellier (2009-2016[1]).

Il a été membre du Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Félibres et Félibrige, 1876-1947: Radioscopie d'une organisation. Saint-Denis, Paris VIII, Cahiers de recherches du département des langues et cultures opprimées et minorisées, 1984, 54 pp.
  • La charte de Barcelonnette, Barcelonnette, Sabença de la Valèia, 1987, 11 pp.
  • L'Écrit d'oc dans la Vallée de Barcelonnette, Barcelonnette, Sabença de la Valèia, 1988, 16 pp.
  • La Montagne et l'idiome natal des années 1780 à 1830, (avec René Merle), Toulon, Société d'études historiques du texte dialectal, 1989, 62 pp.
  • Jacques Bres et Philippe Martel (Cahiers de praxématique), Les noms de Montpellier, Montpellier, Robert Lafont, coll. « Le fil du discours », , 256 p., 15 × 21 cm (ISBN 2-84269-430-9, présentation en ligne, lire en ligne)
  • (Avec Pierre Boutan et Georges Roques), Enseigner la Région, Paris, l'Harmattan, 2001, 359 pp.
  • Les Cathares et l'histoire. Le drame cathare devant ses historiens (1820-1992), Toulouse, Privat, 2002, 203 pp.
  • L'école française et l'occitan ; le sourd et le bègue, Montpellier, PULM, 2007, 190 pp.
  • Les Félibres et leur temps. Renaissance d'oc et opinion 1850-1914. Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, 689 pp.
  • (Avec Philippe Gardy) Mémoires de pauvres. Autobiographies en vers au XIXe siècle, s.l., GARAE/Hésiode, 2010, 576 pp.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]