Philippe Livry-Level

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Livry-Level.
Philippe Livry-Level
Fonctions
Parlementaire français
Député
1946 – 1951
Gouvernement Quatrième République
Groupe politique MRP
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Calvados

Philippe Livry-Level (Paris, - Paris, ), est un résistant français, aviateur de la France libre, ancien député du Calvados.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris dans une famille très aisée, Philippe Level (qui prendra les pseudonymes de « Lenoir », puis de « Livry » dans la Résistance et la France libre, d'où son nom de Philippe Livry-Level), s'engage en 1915 pour la durée de la guerre, qu'il termine comme sous-lieutenant, titulaire de la croix de guerre avec trois citations.

Après sa démobilisation, il entre au Crédit lyonnais, il intégre par la suite Pechiney. En 1919, il se signale en sauvant un homme de la noyade et reçoit à ce titre la médaille du sauvetage. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1932.

La France libre[modifier | modifier le code]

En 1939, le lieutenant de réserve Level, père de cinq enfants issus de son union avec Nicole Saillard du Boisberthe, qu'il a épousée en 1920, est exempt de mobilisation. Il tient pourtant à servir d'abord dans la ligne Maginot, puis sur le front de Reims à partir du 14 mai 1940. Régulièrement démobilisé, il entre dans la Résistance. En 1941, via l'Espagne, il rejoint Londres où il arrive le 10 juillet.

Il souhaite s'engager dans la RAF, car il possède depuis dix ans un brevet de pilote. On lui oppose son âge, car il a 43 ans, huit de plus que la limite maximum pour ce type d'engagement. Il se rajeunit de quinze ans... Au médecin anglais qui l'interroge et se montre sceptique sur son âge, Livry-Level déclare : « Vous savez... La vie à Paris... »[1]. Il deviend observateur breveté dans la RAF en avril 1942.

Affecté dans une escadrille du Coastal Command, il effectue 70 missions de guerre contre des navires ou des sous-marins. À l'issue de ce premier « tour d'opérations », il demande à en effectuer un second. En 1943, il est affecté dans une escadrille d'élite du Bomber Command, la « 161 », spécialisée notamment dans les atterrissages clandestins en France occupée. Comme navigateur du pilote Hugh Verity, sur bombardier de reconnaissance Hudson, le capitaine puis commandant Livry-Level assure l'acheminement en France ou en Angleterre de diverses personnalités, parmi lesquelles Claude Bouchinet-Serreulles, Henri Frenay, Emmanuel d'Astier de la Vigerie, Jean-Pierre Lévy, le général de Lattre de Tassignyetc. Les missions qu'il effectue lui valent la Croix de la Libération et la DFC.

Volontaire pour un troisième tour d'opérations, il rejoint une escadrille de Mosquitos, où s'illustre le célèbre Percy Percy Charles Pickard (en).

Le Mosquito B. Mk XVI.

L'opération Jéricho[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses opérations auxquelles il participe, le bombardement de la prison d'Amiens[2] constitue une des plus exceptionnelles[3]. Environ 120 résistants promis à l'exécution sont enfermés dans cette prison, ainsi que près de 523 détenus de droit commun. Un groupe de résistants, dont le chef est Dominique Ponchardier demande à la RAF d'intervenir et fournit tous les renseignements nécessaires. En dépit de la précision du bombardement, effectué le 18 février 1944, l'opération fait 85 morts et plus de 90 blessés parmi les prisonniers, le personnel pénitentiaire et la garnison allemande, mais elle permet à la plupart des détenus — résistants et autres — de s'échapper.

Le Wing-Commander Pickard y trouve la mort, son Mosquito étant abattu par la chasse allemande[4].

Article détaillé : Opération Jéricho.

En mars 1945, le lieutenant-colonel Philippe Livry-Level, qui « totalise 750 heures de vol de guerre, est retiré, contre son gré du théâtre d'opérations »[1].

Député du Calvados[modifier | modifier le code]

À son retour en France, Livry-Level retrouve son château et son domaine agricole d'Audrieu. En 1945, il est élu maire du village d'Audrieu et conseiller général du canton de de Tilly-sur-Seulles. En 1946, il est élu député du Calvados sur la liste du MRP. À la Chambre des députés, il intervient à diverses reprises sur le statut d'Air France, et, le 25 avril 1950, dépose un projet de résolution permettant la mise en liberté surveillée du maréchal Pétain. L'année suivante, il abandonne le MRP pour le RPF, mais, en raison de désaccords pour la position de tête de liste RPF dans le Calvados aux élections législatives de 1951, qui revient à Raymond Triboulet, il se présente finalement comme second sur la liste de l' Union des indépendants, des paysans et des républicains nationaux, conduite par Joseph Laniel. Seul ce dernier est élu.

Philippe Livry-Level abandonne alors son mandat de conseiller général, mais reste maire d'Audrieu jusqu'à sa mort en 1960.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie sur le site de l'Assemblée nationale.
  2. Le nom opération Jéricho ne fut donné qu'après la guerre, à l'occasion du tournage d'un film consacré à l'événement.
  3. Rémy, Mémoires d'un agent secret de la France libre, France Empire/ Crémille, 1991, tome VII, p. 101-123..
  4. (en), « Deaths ». Issue 49962 ; col D, The Times, 22 septembre1944, p. 7.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Livry-Level (préface de Jean Oberlé, lettre d'introduction du général de Gaulle), Mission dans la R. A. F., Paris, Éditions Mellottée, 1946.
  • Rémy, L'Opération Jéricho (avant-propos du colonel Philippe Livry-Level), Paris, France-Empire, 1954.
  • (fr)(en) Fettu, Annie, Philippe Livry-Level : Audrieu se souvient, OREP, Cully, 2004 (édition bilingue, français/ anglais).
  • Philippe Bauduin, Philippe Livry-Level, squadron leader FAFL, Caen, Apieton éd., 2005.
  • Monique Corblet de Fallerans (sa fille déportée à Ravensbrück), Voyage nocturne au bout du parc, d’Audrieu à Ravensbrück , éditions Heimdal, 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]