Philippe Kourilsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Philippe Kourilsky, né le à Boulogne-Billancourt, est un biologiste français, membre de l'Académie des sciences[1] et professeur honoraire au Collège de France[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Raoul Kourilsky, professeur de médecine, et de Simone Kourilsky également médecin, Philippe Kourilsky se consacre à la biologie après des études de mathématiques et de physique à l’École polytechnique. Pour son doctorat, il choisit comme directeur de thèse le biologiste François Gros, un des pionniers de la génétique en France, aujourd’hui secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie des sciences.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Philippe Kourilsky effectue la majeure partie de sa carrière au Centre national de la recherche scientifique, où il est directeur de recherche de classe exceptionnelle. Il est élu correspondant de l'Académie des sciences (section de biologie moléculaire et cellulaire, génomique) en 1990, puis membre en 1997[3].

En 1998, il est nommé professeur au Collège de France, où il occupe la chaire d'immunologie moléculaire jusqu'en 2012[4]. Professeur à l'Institut Pasteur le 1er janvier 2000, il en est nommé directeur général ; poste dont il démissionne le 31 juillet 2005[5].

Philippe Kourilsky est également membre de l'Academia Europaea depuis 1992[6], et membre du Comité de Prospective de l'Institut Veolia[7]. Il devient rédacteur en chef de la revue numérique FACTS Reports, lancée en 2007 avec le soutien de ce même institut[8].

En 2010, il fonde l'association Resolis, dont il est depuis président[8].

Recherches[modifier | modifier le code]

Il a exercé de nombreuses responsabilités touchant à l'administration de la recherche et aux applications de la génétique et de l'immunologie dans le secteur public et privé. Il est notamment l'auteur d'un rapport sur le principe de précaution, remis au Premier ministre en 2006.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les promesses de l'immunologie[10]
  • Le Jeu du hasard et de la complexité: La nouvelle science de l'immunologie, Odile Jacob, 2014[11].
  • Philippe Kourilsky, Le manifeste de l'altruisme, Odile Jacob, Paris, 2011[12].
  • « Vaccination : quand l’éthique devient immorale », Pour la Science, Paris, 2004, no 322, p. 8-11[13].
    ... De telles dérives sont d'ores et déjà observées, c'est notamment le cas pour un composant des polythérapies du VIH, le Ténofovir auquel un essai clinique (détaillé dans l'article sur le Ténofovir) au Cameroun a fait une triste réputation.
  • Du bon usage du principe de précaution, Odile Jacob, 2002[14].
  • La science en partage, Odile Jacob, 1998[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]