Philippe Gindre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Gindre
Naissance (51 ans)
Saint-Rémy, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Compléments

Cofondateur de La Clef d'Argent

Philippe Gindre est un anthologiste, éditeur, essayiste et écrivain français spécialisé dans les littératures de l'imaginaire, né le à Saint-Rémy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au sein de La Clef d'Argent, maison d'édition associative dédiée aux littératures de l'imaginaire qu'il a cofondée en 1987[1], Philippe Gindre s'attache à permettre la poursuite d'une tradition éditoriale dont les éditions Marabout dans les années 1960-70, puis les éditions NéO dans les années 1980, ont été les représentantes les plus emblématiques, notamment dans le domaine du fantastique[2].

À travers des traductions et des essais il a contribué à faire mieux connaître le poète et fantastiqueur californien Clark Ashton Smith, correspondant et ami de Lovecraft[3]. Il a initié en compagnie de Christian Hibon les aventures métapsychiques de John Coolter et Isidore Quincampoix, les investigateurs de l'étrange (collection Ténèbres & Cie), aujourd'hui reprises par d'autres auteurs comme Jonas Lenn ou Philippe Gontier[4].

De 1990 à 2011, il a dirigé le Codex Atlanticus, anthologie permanente du fantastique au sein de laquelle il a présenté plus de 170 nouvelles de près de 90 auteurs dont Marcel Béalu, Michel Butor, Jean-Pierre Favard, Roland Fuentès, Gabriel de Lautrec, Jonas Lenn, Maurice Level, Arnauld Pontier, Timothée Rey, Jean Richepin, André-François Ruaud, Marc Stéphane ou Théo Varlet[5].

En 2012, il a dirigé l'édition critique du recueil d'Édouard Ganche, Le Livre de la mort, recueil de contes macabres initialement paru en 1909[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais
Fictions
Directions d'ouvrages
Traductions
Recherche universitaire
  • Lexicogenic Processes in the Formation of Neologisms in a Science Fiction Novel: Norstrilia by Cordwainer Smith, mémoire de maîtrise de Sciences du langage, sous la direction du Professeur Jean Tournier, Université de Franche-Comté, Besançon, juin 1994, 117 p. (Fiche B.U.)
  • Les processus lexicogéniques dans la formation des néologismes dans l'œuvre d'un auteur de science-fiction: Cordwainer Smith, mémoire de D.E.A. de Sciences du langage, sous la direction du Professeur Jean Tournier, Université de Franche-Comté, Besançon, juin 1995, 283 p. (Fiche B.U.)
  • La formation des néologismes dans la littérature de science-fiction d'expression anglaise contemporaine, thèse de doctorat de Sciences du langage, sous la direction du Professeur Jean Tournier, Université de Franche-Comté, Besançon, juin 1999, 630 p (2 vol.). (Fiche B.U.)
Divers

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans ses mémoires, lorsqu'il évoque la préparation de l'édition intégrale des œuvres de H.P. Lovecraft aux éditions Robert Laffont à la fin des années 1980, l'éditeur et anthologiste français Francis Lacassin écrit à propos du travail de traduction et d'édition de Philippe Gindre: «En vertu du principe selon lequel seul est apte à traduire un auteur celui qui le fait par passion et non par besogne, je me tournai vers les jeunes commentateurs de Lovecraft. [...] ma sympathie allait à l'activité d'une modeste maison d'édition de Dole, au nom également emprunté à une œuvre célèbre de Lovecraft: La Clef d'argent. Dans sa revue semestrielle, le Codex Atlanticus, dans la série de mini-recueils Le Cri mécanique et dans des plaquettes (dont le goût raffiné accompagnait l'élégance des maquettes), l'intelligence des analyses ne laissait aucune place aux anathèmes et exécutions sommaires. Ces plaquettes illustrées par des artistes inspirés perpétuaient la tradition de la bibliophilie et permettaient à La Clef d'argent d'élever le débat. Plusieurs d'entre elles faisaient connaître au lecteur de Lovecraft l'œuvre de ses proches amis, entre autres le poète et illustrateur Clark Ashton Smith. Mesure, érudition, bon goût désignaient Philippe Gindre comme un traducteur idéal. Il ne m'a pas déçu.» Francis Lacassin, Sur les chemins qui marchent, Le Rocher, 2006, p.311-312. (ISBN 9782268059891)
  2. «Globalement c'est un régal qui aurait pu, par ses qualités d'écriture et la force de son imaginaire, être publié chez Marabout à la grande époque de Thomas Owen.» Critique de Caviardage, recueil de Timothée Rey parue sur Sueurs Froides.
    «Les dix-huit récits de ce recueil ne convoquent pas tous ouvertement le surnaturel mais tendent souvent vers l'onirique, comme autrefois ceux de Marcel Béalu, et en cela accentuent l'impression de lire un volume de cette ancienne collection Marabout fantastique qui publia autrefois les classiques du genre.» Critique de Peuchâtre et Gésirac, recueil de Michel Rullier, parue sur Yozone.
    «Incroyablement il a fallu attendre 2009 et La Clef d'Argent pour en tirer un recueil. Et pourtant, l'ensemble aurait fait un fort bon Marabout à la glorieuse époque de cette maison d'édition culte dans le domaine. Quel meilleur compliment lui adresser?» Critique de Peuchâtre et Gésirac, recueil de Michel Rullier, parue sur Sueurs Froides
  3. Sur son blog, L'Ange du Bizarre, le journaliste et éditeur Jean-Pierre Dionnet écrit à propos du travail de traduction et d'édition de Philippe Gindre: «La Clef d’Argent fait décidément du travail merveilleux [...] Ce qui est formidable dans Nostalgie de l’Inconnu, c’est la traduction de Philippe Gindre qui donne l’impression que les textes ont été écrits en français, ce qui n’arrive presque jamais avec les traductions.»
  4. Collection Ténèbres & Cie: notice BnF, fiche sur nooSFere, fiche sur BDFI.
  5. «Chaque numéro du Codex Atlanticus, qui s'affiche comme une “revue de littérature fantastique”, apporte son lot de révélations. [...] Le tout compose un ensemble de haute tenue, serti dans une maquette extrêmement soignée et splendidement illustrée. L'objet est beau, à la hauteur de son contenu.» Critique du volume 7 du Codex Atlanticus par Jacques Baudou parue dans Le Monde des livres, supplément littéraire du journal Le Monde, 5 novembre 1999.
    «Le Codex Atlanticus distille un fantastique racé, influencé sur le plan esthétique par la littérature de la fin du XIXe et du début du XXe s. Agréablement maquetté et illustré, il ne cesse d'affirmer sa spécificité au sein d'une production tiraillée entre mercantilisme et actualité.» Critique du volume 8 du Codex Atlanticus par Sébastien Cixous parue dans la revue Écrire & Éditer no 26, mars 2000.
    «Une revue tout simplement indispensable aux amateurs de fantastique.» Critique du volume 10 du Codex Atlanticus par Johan Scipion parue dans le magazine D-Side no 26, mars 2000.
    «Cette revue associative d'abord reprographiée est devenue un périodique de qualité remarquable à partir de 1994. imprimé, façonné par des professionnels. Ses sommaires qui mêlent finement nouvelles anciennes [...] et contemporaines [...] témoignent en outre d'un souci documentaire louable. Les écrits sont sertis dans des appareils de notes bio-bibliographiques et d'études signées par des spécialistes reconnus[...]. Les lecteurs du Codex bénéficient ainsi non seulement de leurs lumières mais aussi de textes inédits d'auteurs cultes).» Article consacré au Codex Atlanticus par Éric Dussert dans l'édition 2002 du Guide de la Presse.
  6. «C'est un livre absolument extraordinaire et totalement fascinant qui nous revient là grâce à La Clef d'Argent. [...] Une édition critique, extrêmement soignée, faite par Philippe Gindre.» François Angelier, émission Mauvais Genres du 14 juillet 2012 (de 1 h 06 min 37 s à 1 h 12 min 17 s), France Culture, à propos de l'édition du Livre de la mort dirigée par Philippe Gindre.

Liens externes[modifier | modifier le code]