Philippe Durance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Durance
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
Nationalité
Activité

Philippe Durance est un Économiste français né le .

Présentation[modifier | modifier le code]

Philippe Durance est professeur du Conservatoire national des Arts & Métiers (CNAM)[1]. Il est titulaire de la chaire « Prospective & développement durable » du CNAM et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire de recherche en sciences de l’action (LIRSA) [2]. Il est également président de l’Institut des Futurs souhaitables (IFs)[3] .

Docteur en sciences de gestion, ses recherches et ses enseignements au CNAM portent principalement sur les discours et les pratiques de l’action ; elles mobilisent des références philosophiques, historiques et prospectives pour questionner le management des organisations et ses représentations, ainsi que les contradictions posées à l’action publique et collective.

Dans le domaine de la prospective (en particulier la prospective appliquée au développement des territoires), il s'attache à refonder ce qu'il considère plus comme une philosophie de l'action qu'une méthode visant à établir une décision efficace. Dans ce sens, il a travaillé à l'élaboration d'une « mémoire collective » à partir d'entretiens avec des chercheurs reconnus comme Jacques Lesourne, Pierre Piganiol, Serge Antoine, Michel Crozier ou Jean-Paul Bailly[4],[5]. Ses travaux touchent aussi le domaine de la décision publique dans la seconde moitié du XXe siècle[6]. Cette orientation l'a également amené à fonder en 2006 la collection « Prospective » des éditions L'Harmattan [7].

Dans le domaine de l’innovation, ses travaux l’ont conduit à critiquer le modèle dominant[8], dresser un panorama de l’innovation dans le monde[9] et à définir trois modèles types[10], dont un correspondant à l’innovation sociale, qu’il définit comme le changement de la société par elle-même pour elle-même en dehors des institutions[11].

Il est membre de plusieurs conseils scientifiques, dont celui de l’association Parlements & Citoyens [12] et de la Fondation Tuck[13] .

Publications[modifier | modifier le code]

  • Gaston Berger. Humanisme et philosophie de l’action, avec Emmanuel d’Hombres et Emmanuel Gabellieri (dir.), L’Harmattan, 2012
  • Les conditions de l'intelligibilité et le problème de la contingence (Gaston Berger), , avec Nicolas Monseu (éd.), L’Harmattan, 2010
  • De la prospective. Textes fondamentaux de la prospective française (Gaston Berger, Pierre Massé, Jacques de Bourbon-Busset), , L’Harmattan, 2e édition, 2008
  • Créativité et innovation dans les territoires, avec Michel Godet et Marc Mousli, La Documentation française, 2010
  • Strategic Foresight, avec Joseph Coates et Michel Godet (dir.), Elsevier, 2010
  • Réenchanter le futur par la prospective RH, avec Edgar Added et Wilfrid Raffard, Pearson (dir.), Village mondial, 2009
  • Les mots-clés de la prospective territoriale, avec Philippe Destatte (dir.), La Documentation française, 2009
  • Technologies et prospective territoriale, avec Daniel Kaplan, Alain Puissochet et Stéphane Vincent, FYP Éditions, 2008
  • La prospective stratégique, pour les entreprises et les territoires, avec Michel Godet, Dunod, 2008
  • Attitudes prospectives. Éléments d’une histoire de la prospective en France après 1945, avec Stéphane Cordobes, L’Harmattan, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]