Philippe Derudder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (mars 2016).
Motif : Les sources secondaires centrées semblent difficiles à trouver
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
image illustrant l’altermondialisme
Cet article est une ébauche concernant l’altermondialisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Philippe Derudder, né en 1948, est un entrepreneur français devenu auteur engagé à chercher des solutions alternatives afin de mettre l'économie au service de l'homme et de la planète.

Parcours[modifier | modifier le code]

Né en 1948, Philippe Derudder est pendant dix ans formé au monde de l'entreprise. En 1980, il reprend l'entreprise familiale qui en cinq ans prend une dimension internationale (douze agences en Europe du Nord et en Asie). En 1992, il décide de démissionner pour ne plus cautionner un système auquel il ne croit plus. À partir de là, il va se consacrer à la recherche de solutions économiques et financières alternatives. En décembre 2012, Ph. Derudder et son association mettent à la disposition du public une série de sept séquences vidéo intitulée La monnaie, du pouvoir d'achat au pouvoir d'être[1].

L'intention déclarée est de lutter contre l'ignorance sur la véritable nature de la monnaie et de mettre en évidence les motifs qui, selon eux, justifient une réforme fondamentale du système monétaire actuel : Ph. Derudder préconise de mettre fin à l'existence de deux catégories de monnaie : celle de la banque centrale, prêteur en dernier ressort, et celle des banques commerciales. Le système des réserves fractionnaires repose sur cette dualité. En effet, observe-t-il, depuis le « choc Nixon » et la dématérialisation consécutive de la monnaie (c'est-à-dire la rupture de tout lien avec un stock de métaux précieux), le système des réserves fractionnaires n'a plus de nécessité. Cependant, il constitue une survivance historique qui peut contribuer a l'instabilité du système financier (avec l'existence d'un risque systémique portant sur le bien public que constitue la sécurité des encaisses des ménages et des entreprises).

Ph. Derudder, actuellement en retraite, anime des conférences et des séminaires sur l’économie alternative, les monnaies complémentaires, et la reforme du système monétaire, qu'il juge à la fois souhaitable et fortement émancipatrice.

Il anime une association, AISES[2] (Association internationale pour le soutien aux économies sociétales), dont le but est de promouvoir les recherches et actions favorisant le développement d’économies au service de l’homme et de l’équilibre écologique.

Philippe Derudder partage un certain nombre de thèses avec André-Jacques Holbecq, mais aussi avec Étienne Chouard. Celles-ci ont pu être critiquées assez négativement dans certains médias : Arrêt sur images[3] et la revue Alternatives économiques[4] notamment.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]