Philippe Cote

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Cote
Naissance
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 51 ans)
Profession Réalisateur

Philippe Cote est un cinéaste français né le et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

« Figure du cinéma expérimental français[1] », influencé notamment par Jean Epstein, Philippe Cote a réalisé une trentaine de films depuis 1998, en super 8 et en 16 mm.

Il a commencé à tourner des films abstraits, parfois peints directement sur la pellicule (Emergence 1, 1999-2003) ; après un crochet par le cinéma corporel, Repli (2005), il se tourne vers un cinéma documentaire contemplatif (L’Angle du monde, 2006[2]) ».

Il a sélectionné des films pour divers festivals, notamment à Caen (Festival 5 jours tout courts), sa ville natale, et aussi pour le festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris, y compris l’édition 2016 alors qu’il était très malade. Cofondateur de l’ Etna en 1997, il est demeuré membre actif de l’association. Depuis 2009, il alimentait son site avec toutes les annonces de projections de films expérimentaux ou d’autres qui lui semblaient intéressants dont il avait vent (voir liens externes).

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Dissolutions
  • 2002 : L'en dedans
  • 2003 : Émergences 1 - Émergences 2
  • 2003 : L'Entre-deux
  • 2005 : Repli
  • 2006 : L'Angle du monde
  • 2007 : Des Nuages aux fêlures de la terre
  • 2009 : Va, regarde
  • 2011 : Le Voyage indien
  • 2012 : Jardin d'été
  • 2013 : Le Chemin des glaces
  • 2013 : Images de l'eau
  • 2014 : Andalousie
  • 2015 : Timanfaya
  • 2015 : Ganesh
  • 2015 : Histoire de la nuit

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raphaël Bassan, entretien avec Philippe Cote, Bref, no 66, mai 2005, p. 32
  • Éric Thouvenel et Roxane Hamery (dir.), Jean Epstein. Actualité et postérités, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 310
  • Sébastien Ronceray, Cahiers du cinéma, no 729, janvier 2017, p. 57

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sébastien Ronceray, « Philippe Cote, guetter le monde », Cahiers du cinéma, janvier 2017, p. 57
  2. Raphaël Bassan, « Philippe Cote : de l’école du corps à l’abstraction», entretien avec le cinéaste, in Cinéma et abstraction : des croisements, 2007, Les Cahiers de Paris Expérimental, no 25, p. 29 à 31

Liens externes[modifier | modifier le code]