Philippe Berling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Berling
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
Nationalité
Activité

Philippe Berling, né le à La Rochelle, est un metteur en scène de théâtre et d’opéra, pédagogue, adaptateur et auteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Berling est issu d'une fratrie de six enfants (trois sœurs et trois frères), dont le comédien Charles Berling. Fils de Christian Berling, médecin de marine anesthésiste réanimateur décédé en 2010 et de Nadia Dumoulin, professeur d'anglais, née à Meknès (Maroc) et décédée en 2004. Il est aussi le neveu de l'universitaire et critique littéraire Raymond Picard.

Philippe Berling grandit à Toulon où il commence à faire du théâtre au sein de l’atelier théâtre du lycée Dumont d’Urville.

Il crée en 1978 la compagnie Théâtre Obligatoire qui met au cœur de ses activités le questionnement sur la place de l’artiste dans la société. En 1984, il obtient une bourse de la Villa Médicis hors les murs aux USA. Il est titulaire depuis 1993 du CA (Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur d’art dramatique dans les écoles contrôlées par l’État). Son parcours de metteur en scène de théâtre et d’opéra le mène au Théâtre National de Strasbourg où il occupe également la fonction de programmateur de 1990 à 1993. Il est ensuite nommé directeur du Théâtre du Peuple de Bussang de 1995 à 1997[1]. De 1997 à 2010, sa compagnie est en résidence artistique successivement au Théâtre Granit Scène Nationale de Belfort, au Théâtre d’Auxerre, à l’Espace Michel Simon de Noisy-le-Grand, aux Fêtes Nocturnes de Grignan et à Coulommiers. De 2010 à 2015, il initie et codirige avec son frère Charles Berling le Théâtre Liberté de Toulon. Depuis 2016, il a repris des activités artistiques en Bourgogne, où il s'est installé, près de Semur-en-Auxois.

Philippe Berling alterne les créations d'auteurs contemporains et classiques et des spectacles singuliers, adaptés à des lieux en dehors des théâtres ou pour des commandes ponctuelles. 

Depuis 1975, il enseigne l’art dramatique au sein de nombreux ateliers de pratique théâtrale de tous niveaux, pour toutes sortes de publics : écoles supérieures d’art dramatique, cours privés, troupes d’amateurs, ateliers thérapeutiques pour enfants autistes, hôpitaux de jour, enseignement primaire, secondaire, universitaire, formation de formateurs.

Il est également conseiller municipal de la commune de Chassey depuis 2020. 

Vie privée[modifier | modifier le code]

Philippe Berling est marié à Nathalie Prats. Ils ont trois enfants, tous trois artistes : Balthazar Berling, artiste plasticien, Maïa Berling, clown et Noé Berling, musicien.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Le théâtre militant en Belgique francophone de 1970 à 1980 article paru dans Rue des usines n° 6,7,8,9, revue trimestrielle consacrée à la culture populaire
  • 1998 : Étude sur la restructuration de l'enseignement de l'art dramatique et la création d'une classe pré professionnelle dans l'Arc Alpin fédérant les Conservatoires de Grenoble, Annecy et Chambéry (commande de la Drac Rhône Alpes, en collaboration avec Philippe Lebas), inédit
  • 2002 : Empty quarter, spectacle parlé, chanté, dansé, inédit
  • 2004 : La Sortie au théâtre, scénario d’un court métrage réalisé
  • 2005 : Les Aventures de Gepetto, monologue, inédit
  • 2007 : Ton beau placard, monologue, inédit
  • 2014 : Bonnes vacances ! Éditions Amateurs Maladroits
  • 2015 : Préface d’Antichambre[7] de Max Armengaud, Éditions Analogues
  • 2019 : Sur les rails, fantaisie ferroviaire avec Véronique Goulet, Éditions La Structure.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bénédicte Boisson et Marion Denizot, Le Théâtre du Peuple de Bussang, Actes Sud, , 304 p. (ISBN 978-2-330-04903-4)
  2. « AIR - Archives, Informations et Recherche du Grand Théâtre de Genève », sur archives.geneveopera.ch (consulté le )
  3. Daniel (1938- ) Photographe Cande, « [Alcina, musique de Georg Friedrich Haendel : photographies / Daniel Cande] », sur Gallica, (consulté le )
  4. « Meursaults », sur http://www.festival-avignon.com
  5. Armelle Heliot, « Le fantôme d'Albert Camus hante le festival d'Avignon », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  6. Lorène de Bonnay, « Comme si Camus avait tué l’Arabe avec son livre », Les Trois Coups,‎ (lire en ligne)
  7. (fr + en) Max Armengaud et Michel Enrici (préf. Philippe Berling), Antichambre, Editions Analogues, , 240 p. (ISBN 978-2-35864-082-4)