Philippe Barret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barret.
Philippe Barret
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Secrétaire général
République moderne (d)
-
Trésorier
Gauche prolétarienne
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jean-Paul SebordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École normale supérieure (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Essayiste, haut fonctionnaire, militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Autres informations
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions

Philippe Barret (né en 1945) est un essayiste, haut fonctionnaire et militant politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Lyon[1], fils d'un représentant de commerce, Philippe Barret est ancien élève de l'École normale supérieure (L1965)[2], maître ès lettres classiques[3] et docteur en sciences politiques (1988)[4].

Membre de l'Union des étudiants communistes (UEC) et de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF), il est aussi membre de la direction de l'Union des jeunesses communistes (marxiste-léniniste), secrétaire général et trésorier de la Gauche prolétarienne[3] en 1968-1969. Son militantisme le conduit à être un temps « manutentionnaire au tri postal » à la gare de Lyon[3]. Il devient ensuite chargé d'études prospectives à la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR), et entre au cabinet du ministre de la Recherche, Jean-Pierre Chevènement, en 1982[5]. Il reste proche de celui-ci, puisqu'il travaille avec lui au club République moderne, dont il est le secrétaire général de 1986 à 1988, et le suit à l'Éducation nationale, à la Défense[6] et à l'Intérieur[5].

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sous son nom — dont Ernest Renan[7] et le Journal apocryphe d'un président[8],[9] — et sous le pseudonyme de Jean-Paul Sebord[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié trois fois, il a été notamment l'époux de Blandine Kriegel, puis de Michèle Cotta[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • « Jean-Paul Sebord » et Alexandre Faire, Le Nouveau Déséquilibre mondial : une prospective des rapports internationaux, Paris, Grasset, coll. « Centre de recherche : science et vie », , 464 p. (notice BnF no FRBNF35379317) ;
  • « Jean-Paul Sebord », D'un deuxième monde à l'autre : essai prospectif sur l'Europe du Sud et le monde arabe, Paris, Anthropos, , 345 p. (ISBN 2-7157-0266-3) ;
  • Avec Gérard Chaumont, Pierre Morin et Josette Théophile, Commander demain : les relations hiérarchiques dans l'entreprise, Paris, Dunod, coll. « Dunod entreprise : gestion sociale », , 108 p. (ISBN 2-04-010671-5) ;
  • Scénarios pour la France de l'an 2000 : trois images de la société française en l'an 2000, Paris, Grasset, , 249 p. (ISBN 2-246-00700-3) ;
  • Ernest Renan : tout est possible, même Dieu !, Paris, François Bourin, , 184 p. (ISBN 2-87686-132-1) ;
  • Vie et mort d'un bureaucrate ordinaire : roman, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Écrits », , 319 p. (ISBN 2-13-038585-0) ;
  • Journal apocryphe d'un président : 1981-1993 : j'allais vous dire, Paris, Jean-Claude Lattès, (réimpr. 1994), 437 p. (ISBN 2-7096-1335-2) ;
  • L'Enfant si lointain : roman, Paris, Plon, , 194 p. (ISBN 2-259-18432-4) ;
  • Les Écrivains français en leur tombeau : essai, Paris, Flammarion, , 369 p. (ISBN 2-08-067283-5) ;
  • La République et l'École, Paris, Fayard, coll. « L'Idée républicaine », , 128 p. (ISBN 2-213-63082-8) ;
  • Moïse, Jésus, Mahomet : préceptes moraux de la Torah, du Nouveau Testament et du Coran, Paris, Fayard, , 414 p. (ISBN 978-2-213-65478-2).
  • N'ayez pas peur de la Chine!, Paris, Robert Laffont, 2018, 346 p.

Décorations[modifier | modifier le code]

Il est chevalier de la Légion d'honneur[11] , officier dans l'ordre du mérite et officier des Palmes académiques.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Premier ministre », sur lemonde.fr, .
  2. Recherche sur archicubes.ens.fr.
  3. a, b, c et d Littératures et pouvoir symbolique (éd. Mihaï Dinu Gheorghiu) (actes de colloque), Piteşti, Paralela 45, , 316 p. (ISBN 973-697-432-4), p. 49.
  4. Sous la dir. de Jean-Marie Vincent, La Politique éducative du gouvernement de la France de juillet mille neuf cent quatre-vingt-quatre à mars mille neuf cent quatre-vingt-six : le ministère de Jean-Pierre Chevènement (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 613 p. (SUDOC 041477383).
  5. a et b Éric Aeschimann, « Les conseillers du gouvernement : Philippe Barret : l'intellectuel », sur liberation.fr, .
  6. Pascal Ceaux, « Philippe Barret, un fidèle de M. Chevènement », sur lemonde.fr, .
  7. « Une bonne introduction, mais... », sur lemonde.fr, .
  8. « À la manière de... François Mitterrand », sur lemonde.fr, .
  9. « L'auteur du Journal apocryphe d'un président est un proche de M. Chevènement », sur lemonde.fr, .
  10. Notice BnF.
  11. « Légion d'honneur », sur lemonde.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]