Philippe Barbaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbaud.
Philippe Barbaud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Philippe Barbaud est un linguiste québécois né à Paris en 1940. Il obtient une licence en Lettres de l'Université de Montréal en 1965, une maîtrise en Linguistique en 1970 à la même université et reçoit son doctorat en Linguistique de l'université Paris-VIII (Vincennes) en 1974. Sa thèse de doctorat, sous la direction de Richard S. Kayne, s'intitule Constructions superlatives et structures apparentées. Il a commencé sa carrière en 1963 comme professeur de français au secondaire puis à l'École normale Ville-Marie (Montréal) avant d'obtenir un poste de professeur-chercheur à l'Université du Québec à Montréal dès la fondation de celle-ci en 1969. Il a pris sa retraite de la même université en 1999.

Au cours de sa carrière, il a rempli plusieurs mandats à la direction du département de linguistique de l'UQAM ainsi qu'à la Revue québécoise de linguistique pendant six ans. Il a aussi élu comme membre du Bureau des Gouverneurs de l'Université du Québec (siège social), lauréat du Québec au poste de directeur de recherche à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris en 1980 ainsi que négociateur syndical à deux reprises pour le compte du Syndicat des Professeurs et Professeures de l'UQAM.

Formé à l'école de la linguistique générativiste, ses travaux de recherche ont principalement été consacrés à la syntaxe du français[1],[2],[3],[4], à la morphologie de la composition lexicale[5] , un sujet auquel est consacré un volumineux ouvrage[6], ainsi qu'au français du Québec[7],[8],[9],[10].

Son expertise a été requise dans de nombreuses causes juridiques relatives au risque de confusion lié aux marques de commerce[11]

Il est surtout connu au Canada pour son hypothèse du « choc des patois » qui donna naissance au français québécois.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Barbaud, Philippe. 1984. Le choc des patois en Nouvelle-France: essai sur l'histoire de la francisation au Canada. Sillery (Québec): Presses de l'Université Laval du Québec.
  • Barbaud, Philippe. 1996. "Une «catastrophe» linguistique au XVIIe siècle en Amérique du Nord." Le français et la culture francophone. Actes du colloque international, ed. Kuklisky, E., Leturcq, B. & Magnuszewska, Z., 7-31. Zielona Góra, Pologne: NKJF.
  • Barbaud, Ph., Ch. Ducharme & D. Valois. 1982. "D'un usage particulier du genre en canadien-français: la féminisation des noms à initiale vocalique." Canadian Journal of Linguistics/Revue canadienne de linguistique 27:2.103-133.[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Histoire du français québécois[12]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « “La nominalisation d’un participe passé: la suppléance mettre/mise en composition lexicale. », Revue canadienne de linguistique\Canadian Journal of Linguistics, 40(2),‎
  2. « "Conversion syntaxique" », Linguisticæ Investigationes XVIII(1),‎
  3. D. Wanner & A. Kibbee (eds), « "Subjunctive and ECP" », New Analyses in Romance Linguistics. CILT 69,‎
  4. « "L'opérateur de restriction ne... que et l'argumentation" », Revue québécoise de linguistique 15-1,‎
  5. Tom Wilson, réd., « "Syntaxe dérivationnelle et morphologie" », Proceeding of the 1991 Annual Conference\Actes du Congrès annuel, ACL/CLA, Toronto: Toronto Working Papers in Linguistics, University of Toronto, Department of Linguistics. 1-18,‎
  6. Philippe Barbaud, Syntaxe référentielle de la composition lexicale. Un profil de l'Homme grammatical, Paris, L'Harmattan, , 535 p.
  7. Barbaud, Ph.., Ch. Ducharme & D. Valois, « "D'un usage particulier du genre en canadien-français: la féminisation des noms à initiale vocalique" », Revue canadienne de linguistique/ Canadian Journal of Linguistics 27-2,‎
  8. Marta Dvorak, réd., « “La diglossie québécoise” », dans Canada et bilinguisme, Presses universitaires de Rennes,‎
  9. Patrice Brasseur, réd., « “Tendances lourdes du français québécois” », dans Les français d’Amérique: variation, créolisation, normalisation, Presses de l’Université de Provence, Centre d’études canadiennes d’Avignon et du Vaucluse,‎
  10. John Edwards, éd., « “French in Quebec” », dans Language in Canada, Cambridge University Press.,‎ 1998.
  11. Pupier, Paul & José Woehrling, réds., « "Les mots en cause ou la sémantique dans les jugements de Cour" », dans Langue et Droit/ Language and Law, Institut international de droit linguistique comparé, Montréal: Wilson & Lafleur ltée.,‎
  12. « Page web de Philippe Barbaud »