Philippe (prénom)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippe.

Sur les autres projets Wikimedia :

Philippe est un prénom masculin, plus rarement féminin (telle Philippe de Toulouse ou Philippe de Gueldre ; ce qui en fait un prénom épicène). Philippe peut être aussi un patronyme.

Histoire du nom[modifier | modifier le code]

Ce prénom a été porté dans la Grèce antique par plusieurs rois de Macédoine, disposant d'une cavalerie militaire.

Ce prénom de cavalier était déjà répandu plusieurs siècles avant notre ère dans l'ensemble du monde hellénique. Il dut sans doute sa large diffusion au roi de Macédoine Philippe II (382-336 av. J.-C.) qui unifia la Grèce et prépara la voie de son fils Alexandre le Grand.

Ce prénom est entré dans l'usage français par la dynastie capétienne qui l'a emprunté à la culture byzantine. À la suite du mariage d'Henri Ier et d'Anne de Kiev, un prince royal, l'un de leurs fils, reçut ce nom. Il devint roi sous le nom de Philippe Ier.

Popularité du nom[modifier | modifier le code]

Au cours de l'histoire, Philippe fut un prénom royal porté par des empereurs romains, byzantins, germaniques, des rois de France et d'Espagne, des princes de Savoie, de Navarre, de Grande-Bretagne. Dans toute l'Europe, Philippe devint un prénom très fréquent et ne connut jamais de longue éclipse. En France, le XIXe siècle ne lui avait pas été très favorable mais il était resté très largement attribué. À partir de 1940, sa diffusion augmenta de nouveau et, vers 1950, il s'inscrivit au palmarès des prénoms masculins pour y figurer durant plus de vingt-cinq ans ! Il atteignit même le premier rang en 1960 et conserva ce titre pendant quatre ans. Depuis les années 1980, sa fréquence a beaucoup diminué, mais il demeure cependant très usuel.

En France, quoique de façon marginale, Philippe a également été un prénom féminin jusqu'au début du XVIIe siècle :

Variantes linguistiques[modifier | modifier le code]

Formes féminines[modifier | modifier le code]

  • Philippa et Philippine[1] ;
  • Philippe (utilisé au XVIIe siècle), trouvé dans des recherches généalogiques en Dordogne, en Haute-Vienne et en Corrèze[réf. nécessaire] T ;
  • Philippe ou Phillippe : trouvé également dans des registres paroissiaux des XVIIe et XVIIIe siècles dans la Nièvre (Commune de Saint-Péreuse).

Formes composées[modifier | modifier le code]

Souverains portant ce prénom[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des prénoms, Paris, Larousse, , 675 p. (ISBN 978-2-03-583728-8), p. 511.